24 Avril 2017

Afrique: Programme 2030 - L'ONU souligne la nécessité de ne pas perdre de vue les droits des peuples autochtones

A l'ouverture du Forum permanent des Nations Unies sur les questions autochtones, plusieurs responsables de l'ONU ont souligné lundi la nécessité de faire davantage pour s'assurer que les populations autochtones soient en mesure de profiter du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Au sein du système des Nations Unies, le Forum permanent est chargé de traiter les questions autochtones liées au développement économique et social, à la culture, à l'environnement, à l'éducation, à la santé et aux droits de l'homme. Il vise également à sensibiliser et à promouvoir l'intégration et la coordination des activités liées aux enjeux autochtones au sein du système onusien.

« Il faut faire beaucoup plus pour réaliser pleinement les droits de l'homme des peuples autochtones », a déclaré le Vice-président de l'Assemblée générale, Durga Prasad Bhattarai, qui s'exprimait au nom du Président de l'Assemblée générale, Peter Thomson, soulignant l'importance du Programme de développement durable à l'horizon 2030, l'Accord de Paris sur le changement climatique et le Programme d'action d'Addis-Abeba. « Des stratégies ciblées doivent permettre aux peuples autochtones de participer pleinement à la mise en œuvre de ces accords », a-t-il ajouté.

Le Vice-président a également souligné que des discussions se poursuivaient à l'Assemblée générale sur les moyens de renforcer la participation des peuples autochtones au sein de l'Organisation et a exhorté les États membres et les peuples autochtones à participer aux dialogues à venir sur un projet de texte complet traitant de la question.

10 ans de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones

Cette année marque également le dixième anniversaire de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones - une déclaration exhaustive mettant l'accent sur les droits des peuples autochtones à maintenir et à renforcer leurs propres institutions, cultures et traditions et à poursuivre leur développement en fonction de leurs propres besoins et aspirations.

Rappelant l'importance de la Déclaration, le Sous-Secrétaire général des Nations Unies pour le développement économique, Lenni Montiel, a souligné que les peuples autochtones continuent de souffrir de façon disproportionnée de la pauvreté, de la discrimination et de soins de santé médiocres.

« Les droits collectifs et individuels [des peuples autochtones] sont souvent rejetés. C'est inacceptable. Nous devons faire mieux », a-t-il souligné.

Pour le Vice-président du Conseil économique et social (ECOSOC), Cristián Barros Melet, si le Programme 2030 s'engage à « ne laisser personne de côté », les examens nationaux volontaires sur sa mise en œuvre ont montré le risque que les peuples autochtones soient ignorés.

« En tant qu'organe consultatif du Conseil, le Forum permanent a un rôle important à jouer dans la mise à disposition de conseils et de recommandations spécialisés. Il est essentiel d'examiner les progrès réalisés à ce jour et d'examiner les efforts supplémentaires nécessaires », a déclaré M. Barros Melet.

La Directrice exécutive adjointe d'ONU Femmes, Lakshmi Puri, a souligné l'importance de l'autonomisation des femmes autochtones, notant que les femmes et les filles indigènes doivent être conscientes non seulement de leur identité, mais aussi de leurs droits humains, et qu'elles doivent les revendiquer.

« Aucune culture ou coutume traditionnelle ne peut être invoquée pour justifier et perpétrer la violence et les pratiques néfastes contre les femmes autochtones », a-t-elle déclaré.

Soulignant la place des femmes et des filles autochtones dans les discussions et les résultats de la session de 2017 de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme, Mme Puri a déclaré que la communauté internationale ne pouvait plus tolérer une situation dans laquelle des acteurs et parties prenantes pour le développement durable étaient non seulement laissé pour compte mais également les plus difficiles à atteindre.

Afrique

Importations alimentaires - L'Afrique atteindra 110 milliards $ d'ici à 2030 sans une alternative crédible

Un cauchemar pour la Banque africaine de développement (BAD) qui ne jure plus que sur la nécessité… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.