26 Avril 2017

Congo-Kinshasa: Cri d'alarme d'OCHA - 64,5 millions de dollars pour sauver le Kasaï

En réponse à la crise humanitaire qui prévaut actuellement en République Démocratique du Congo, le Bureau de coordination des affaires humanitaires a lancé un appel de fonds de 64,5 millions de dollars américains pour venir en aide, durant les 6 prochains mois, à environ 731 000 personnes dans le besoin dans la grande région du Kasaï, suite aux affrontements armés qui ont éclaté en août 2016 entre l'armée congolaise et un groupe de milices locales.

Cet appel lancé hier mardi 2017 par le coordonnateur humanitaire, Mamadou Diallo, aux côtés du chef de bureau OCHA/RDC, Rein Paulsen, vise à fournir de l'eau, de la nourriture, des médicaments, des services de santé, des articles ménagers de base et des services de protection, entre autres, aux enfants, aux femmes victimes des violences sexuelles et à d'autres civils victimes de violence.

Selon Mamadou Diallo, on estime à ce jour à plus d'un million de personnes qui se sont déplacées dans la foulée des violences qui ont commencé au Kasaï Central, Kasaï, Kasaï Oriental, Lomami et Sankuru.

Cette violence qui a entraîné la mort des civils et d'autres graves violations des droits de l'homme, a-t-il relevé, a également affecté les écoles, perturbant ainsi l'éducation des milliers d'enfants, des centres de santé et d'activités de subsistance. Elle a également exacerbé les risques de malnutrition et d'épidémie dans une région traditionnellement connue pour les taux élevés de malnutrition et un système de santé faible.

Selon le rapport de OCHA, dans la seule province du Kasaï Central, les besoins humanitaires actuels sont supérieurs de 400% par rapport à ce que les acteurs humanitaires avaient prévu au début de cette année, lorsqu'il a lancé le plan de réponse humanitaire du pays pour 2017, entrainant un réajustement urgent des programmes, du personnel et des ressources financières. Actuellement, quelques 40 organisations humanitaires nationales et internationales travaillent dans les cinq provinces.

«La crise du Kasaï est une grave crise de proportion massive dans un pays qui connait déjà l'une des urgences humanitaires les plus récurrentes au monde. Nous sommes confrontés à un nouveau défi qui nécessite des ressources supplémentaires pour répondre aux besoins de milliers de personnes déplacées et de familles d'accueil, car nos capacités actuelles sont dépassées », a déclaré le coordonateur Mamadou Diallo.

Une réponse efficace, a-t-il signifié, exige que de nouveaux fonds soient alloués étant donné que les acteurs humanitaires ne peuvent se permettre d'en dégager de leurs opérations actuelles dans les provinces de l'Est pour soutenir la crise du Kasaï.

Selon le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies en RDC, le faible niveau de financement actuel en faveur du plan de réponse 2017 est une cause majeure de préoccupation. Près de cinq mois après son lancement, le plan 2017 n'a reçu que 66 millions de dollars, représentant moins de 10% de l'appel global de 748 millions de dollars.

Pour le chef de bureau OCHA en RDC, cette augmentation de plus de 3 millions de déplacés internes en RDC contrairement aux projections faites par les humanitaires dans leur plan 2017, fait de la RDC actuellement le pays ayant le plus grand nombre de déplacés internes en Afrique.

Mamadou Diallo a saisi cette occasion pour appeler le peuple du Kasaï à l'unité dans la recherche d'une solution négociée qui préserve la paix et l'unité nationale.

Congo-Kinshasa

Hospitalisé, Diomi Ndongala en appelle à la CNDH pour sa libération

L'opposant congolais Eugène Diomi Ndongala en appelle, ce jeudi 21 septembre, à la Commission nationale… Plus »

Copyright © 2017 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.