27 Avril 2017

Cameroun: Lassana Palenfo - «D'ici 20 ans, nous organiserons les JO avec plaisir»

Photo: Africa Top Sports
L’Ivoirien Lassana Palenfo repart pour un 4è mandat
interview

Le 10 mai 2017 à Djibouti, Lassana Palenfo affrontera le Camerounais Hamad Kalkaba Malboum pour décrocher un quatrième mandat à la tête de l'Association des comités nationaux olympiques d'Afrique (Acnoa). Le président de l'Acnoa depuis 2005 dresse son bilan et présente ses objectifs pour le continent, que ce soit à travers les Jeux olympiques ou à travers les Jeux africains.

Lassana Palenfo, les sportifs et sportives du continent ont gagné 45 médailles olympiques à Rio en 2016. Combien l'Afrique espère-t-elle glaner de médailles aux JO 2020 ?

Pour le moment, nous n'avons pas chiffré cela mais nous voulons quand même au moins dépasser la cinquantaine. Nous allons prendre en compte tous ceux qui ont gagné des médailles mais aussi tous les finalistes des JO. En-dehors des médaillés, il y a en effet eu 35 finalistes à Rio. Si je prends le cas de la Côte d'Ivoire, en finale du 100 mètres, on a Ben Youssef Meïté. Chez les femmes, il y aussi eu Marie-Josée Ta Lou en finale du 100 mètres et du 200 mètres. Et d'autres talents comme Mireille [Murielle Ahouré, Ndlr]. La Côte d'Ivoire a eu deux médailles mais nous pensons que c'était possible d'en avoir trois ou quatre. Et donc, nous pensons dépasser les quatre ou cinq médailles à Tokyo.

Chaque pays va faire l'analyse (sic) de ses athlètes : ceux qui ont été finalistes, ceux qui ont eu des médailles, les jeunes talents. [... ]

Est-ce que les Jeux africains 2019 seront qualificatifs aux Jeux olympiques 2020 ?

[... ] En principe, oui. Nous avons défini le fait qu'il fallait de grandes compétitions en Afrique. Des compétitions continentales telles que les Jeux africains seront prises en compte. Dans beaucoup de disciplines, il y a ce qu'on appelle la « ranking list ». C'est-à-dire que, durant la période quadriennale, il y a des compétitions pour gagner des points. Si nous organisons les Jeux africains, ce sera positif dans ce cadre, parce que tous les grands athlètes viennent déjà à ce grand événement.

Où en êtes-vous des négociations avec l'Union africaine concernant le transfert de propriété des Jeux africains à l'Acnoa ?

Nous avons déjà signé un précontrat au Caire avec l'Union des confédérations sportive africaines (UCSA). Nous allons aller à Addis-Abeba [au siège de l'Union africaine, Ndlr] pour signer le contrat final.

Nous avons visité le pays candidat à l'organisation des Jeux africains 2019, la Guinée équatoriale. Nous devons déterminer où doivent avoir lieu les compétitions et quel peut être notre apport.

Une ville aussi développée que Durban, en Afrique du Sud, a renoncé à organiser les Jeux du Commonwealth 2022. Est-ce inquiétant pour le continent qui espère organiser les Jeux olympiques d'ici 20 ans ?

Je ne pense pas, parce que l'Afrique évolue et va de l'avant. Si Durban ne peut pas pour des raisons économiques, ça ne veut pas dire que dans 20 ans nous ne pourrons pas organiser les Jeux.

Le Comité international olympique fait un effort. Le CIO fait en sorte d'aider certains pays. Les JO, ce sont 10 500 compétiteurs pris en charge. Cela coûte excessivement cher ; tout comme la sécurité, les infrastructures, les transports.

Je pense que nous, en Afrique, serons capables de les organiser. Dans une première étape, nous pourrons organiser les Jeux olympiques de la Jeunesse. Cet événement rassemble près de 5000 personnes. Donc, tous ceux qui ont organisé les Jeux africains seront en mesure de le faire : l'Egypte, l'Algérie, le Maroc, le Nigeria, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud...

Vous savez en outre que le progrès économique en Afrique est très important. Il y a peut-être eu un raté avec Durban. Mais d'ici 20 ans, nous le ferons avec plaisir.

Vous êtes candidat à votre propre succession à la présidence de l'Acnoa. Pourquoi vous représenter alors que vous aviez annoncé en 2013 que ce serait votre dernier mandat ?

[... ] Pour moi, effectivement, ce devait être le dernier mandat. [... ] Mais en 2014, au niveau du bureau exécutif de l'Acnoa, j'ai été sollicité par mes pairs pour faire un autre mandat. Ils estimaient que je ne pouvais pas les abandonner au milieu du gué. Dans un premier temps, j'ai dit que je ne pouvais pas. [... ] Mais en 2015, ils sont revenus en disant : « Il faut que vous restiez parce qu'avec le niveau auquel vous avez mené l'Acnoa, vous ne pouvez pas partir sans avoir formé d'autres personnes. »

C'est ainsi que je suis revenu à leur demande pour faire un autre mandat. L'ensemble du bureau exécutif, et même celui qui prétend être mon adversaire [le Camerounais Hamad Kalkaba Malboum, Ndlr], étaient présents.

Donc, à l'unanimité, les gens ont demandé à ce que je fasse un autre mandat. Le CIO a demandé, compte tenu du travail fait, à ce que je ne parte pas sans avoir achevé mon programme. Voilà les raisons pour lesquelles je suis revenu sur ma parole. [... ]

Craignez-vous qu'il vous arrive la même chose qu'au Camerounais Issa Hayatou, battu pour la présidence de la Confédération africaine de football après 29 ans de pouvoir ?

[... ] J'ai fait faire les Jeux de la Jeunesse en 2010 au Maroc puis au Botswana. Je suis en train de faire les 3e en Algérie. Je vais faire les Jeux de plage en 2019. Si mes pairs m'ont demandé de revenir, c'est que le travail était concret, visible. Comme ce sont les comités nationaux olympiques qui décident, nous verrons sur place ce qu'il va se passer. [... ]

Au micro de RFI, votre concurrent Hamad Kalkaba Malboum critique votre gestion. Il parle de « navigation à vue », il estime par exemple que « l'Acnoa se contente de compter les médailles de l'athlétisme » sans investir pour en augmenter le nombre ?

[... ] Avant les Jeux de Rio, s'il n'y avait pas eu de planification effectuée, on n'aurait pas pu avoir toutes ces médailles. J'ai confié à Kalkaba lui-même 607 000 dollars en disant qu'il fallait donner ça aux athlètes pour les aider. Kalkaba a donné 74 % de ce budget aux athlètes. Donc, il est normal que les athlètes aient eu le plus de places. Les autres ont touché 5 ou 8 % de la somme.

D'autre part, le Comité olympique des États-Unis pouvait recevoir tous les comités olympiques qui voulaient y envoyer des gens pour être plus performants. Monsieur Kalkaba ne l'a dit à personne. Il n'y a que l'Algérie sur les 54 pays d'Afrique qui a été sur place.

Donc, si aujourd'hui l'athlétisme a un nombre de médailles plus important, c'est normal... Il a encore donné de l'argent à certains boursiers qui n'en avaient pas besoin parce qu'ils étaient déjà programmés (sic) pour l'olympiade. [... ]

En savoir plus

Le continent a défini sa «stratégie gagnante» pour les JO 2020

L'Association des Comités nationaux olympiques d'Afrique (Acnoa) s'est réunie les 20 et 21 avril 2017… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.