2 Mai 2017

Cameroun: Change - La chasse aux clandestins

Malgré le rappel à l'ordre du ministre des Finances, les «changeurs » proposent toujours leurs services. A leurs risques et périls.

Des sourcils haussés en signe d'interrogation, une question en un mot murmuré que vous devinez plus que vous n'entendez (change ?), un geste discret de la main (frottement du pouce et de l'index) vous accueillent dès que vous pénétrez le hall de l'aéroport international de Douala. Mêlé à la foule de voyageurs, un « changeur » vient de repérer votre arrivée.

A peine avez-vous secoué la tête en signe de dénégation qu'il se met déjà en chasse d'un autre potentiel client. Comme plusieurs autres de ses camarades.

Ici, on ne semble pas être au courant du rappel à l'ordre du ministre des Finances paru la veille dans Cameroon Tribune du vendredi 21 avril 2017, contre l'exercice illégal des activités de change. Tout est dans le « semble », parce qu'après avoir échangé avec l'un d'eux, qu'on appelle « Président », on se rend vite compte qu'il a lu effectivement le communiqué de presse du Minfi.

« Président » l'avoue lui-même et il saisit l'occasion pour exprimer ses réserves quant à cette sortie ministérielle : « Nous savons que nous sommes dans l'informel.

Mais ça, c'est nous envoyer au quartier. Nous sommes des pères de familles. Ça va être difficile de s'en sortir. Chacun est déjà en train de réfléchir à ce qu'il va faire. » Il en profite également pour revenir sur l'activité en elle-même qui, du fait du nombre de plus en plus croissant de « changeurs », n'est plus aussi florissante.

A l'aéroport de Douala, ils sont près d'une cinquantaine, selon « Président ». Il pointe aussi du doigt le montant de la somme qu'il faut verser pour recevoir l'agrément, hors de leur portée : «plus de 50 millions F.»

Mêmes lamentations du côté d'Akwa Palace où on peut trouver de nombreux « changeurs » qui circulent à pied aux alentours de l'hôtel. Et ils préfèrent garder leur anonymat. Ici, l'un des vendeurs de devises rencontré non seulement a les mêmes plaintes que « Président » de l'aéroport, mais il ajoute une crainte : celle d'être harcelé maintenant par les forces de l'ordre.

De plus, il assure que les ambulants ne changent pas grand chose, mais qu'il y a de gros « changeurs » qui « changent des centaines de millions. Nos pas nous mènent chez l'un de ces barons, non loin d'Akwa Palace, dans un endroit auquel on ne prête pas vraiment attention.

A l'intérieur, il y a plusieurs pièces, avec des sièges et des calculatrices sur des tables. On croise un groupe de clients. Dans la pièce principale, « Le Père ».

Mais il ne touche pas à l'argent. La tâche revient à un « caissier » qui de temps en temps sort des liasses de billets de Cfa d'Afrique centrale et des devises étrangères de son boubou. Euros, dollars, nairas, dirhams, Fcfa d'Afrique de l'Ouest, etc.

Bien sûr qu'ils sont au courant de la décision. Et « Le Père » assure qu'ils ont absolument l'intention de se conformer à la réglementation et à tout ce que décide l'Etat.

Ils ne prendront aucune décision pour le moment. En attendant, on peut voir de nos propres yeux que le « change » continue aux risques et périls des clandestins.

Cameroun

Le rapport alarmant d'Amnesty sur les violations des droits de l'homme

Amnesty International dénonce des violations systématiques des droits de l'homme dans l'extrême-nord… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.