2 Mai 2017

Somalie: Plus d'un million d'enfants menacés de malnutrition aiguë, selon l'UNICEF

Photo: UNICEF
Plus d'un million d'enfants sont menacés de malnutrition aiguë cette année en Somalie, pays au bord de la famine, et courent des risques très élevés de mourir, a averti mardi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Plus d'un million d'enfants sont menacés de malnutrition aiguë cette année en Somalie, pays au bord de la famine, et courent des risques très élevés de mourir, a averti mardi le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF).

Dans ses prévisions, l'agence onusienne prévoit une hausse de 50% du nombre d'enfants somaliens souffrant de malnutrition grave. « Les enfants somaliens font face à la triple menace de la sécheresse, des maladies et des déplacements », avertit l'UNICEF dans un communiqué de presse.

On estime que le nombre d'enfants qui souffrent ou souffriront de malnutrition aiguë a augmenté de 50% depuis le début de l'année, à 1,4 million. « Plus de 275.000 d'entre eux souffrent ou souffriront de malnutrition aiguë sévère cette année », a déclaré la porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado, lors d'un point de presse à Genève.

Plus de 56.000 enfants souffrant de malnutrition sévère ont déjà été traités avec des aliments thérapeutiques dans des centaines de centres nutritionnels dans toute la Somalie depuis le début de l'année.

« Cela représente une augmentation de 90% par rapport à la même période en 2016 », a affirmé le Représentant de l'UNICEF en Somalie, Steven Lauwerier, cité dans le communiqué de presse.

La malnutrition aiguë sévère est la forme la plus visible et la plus extrême de la dénutrition et les enfants ont dans ce contexte urgemment besoin d'un traitement pour survivre.

A cet égard, l'UNICEF souligne que les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère courent des risques neuf fois plus élevés de mourir que les enfants bien nourris. Des enfants qui sont surtout exposées à « des maladies mortelles comme le choléra ou de diarrhée aqueuse aiguë et la rougeole, qui sont en train de se propager en Somalie ».

La famine en 2011 a tué 260.000 personnes

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance rappelle qu'en 2011, la dernière famine en date en Somalie avait tué au moins 260.000 personnes, dont la moitié d'enfants de moins de 5 ans. « Les principales causes de décès chez les enfants étaient la diarrhée et la rougeole », fait remarquer l'UNICEF.

Alors que la famine menace et les cas de malnutrition augmentent, les maladies s'amplifient sensiblement aussi parmi les enfants en Somalie.

A la date du 23 avril, il y a eu plus de 500 morts sur 28.400 cas de choléra et de diarrhée aiguë recensés depuis le début de l'année, surpassant de loin les 15.600 cas rapportés pour toute l'année 2016. La majorité des cas sont chez les jeunes enfants.

En outre, l'UNICEF indique avoir recensé jusqu'ici près de 5.600 cas suspects de rougeole, soit pratiquement le même nombre que durant toute l'année 2016 avec 5.657 cas de rougeole en Somalie.

Le paludisme menace les enfants avec la saison des pluies

Par ailleurs, les organismes humanitaires devront tenir compte des pluies saisonnières qui tombent généralement de mi-avril à juin.

Ces pluies qui se développent lentement et qui apportent une bouffée d'oxygène tant nécessaire à certaines parties du pays, pourraient aussi être une source de danger pour les enfants. Selon l'UNICEF, ces intempéries pourraient infliger d'autres souffrances aux enfants qui vivent dans des abris de fortune et les exposent à d'autres maladies comme le paludisme.

Sur le terrain, les mouvements de population se poursuivent. Dans toute la Somalie, environ 615.000 personnes, dont la majorité des enfants et des femmes, ont dû quitter leur foyer à cause de la sécheresse, depuis novembre dernier, alors que le pays comptait déjà quelque 1,1 million de déplacés, selon l'ONU.

Face à cette situation, l'UNICEF a mis en place ou soutenu l'installation de 64 centres de traitement du choléra, 330 nouveaux centres de nutrition, portant le total à 837 dans toute la Somalie.

L'agence onusienne a également permis à plus d'un million de personnes touchées par la sécheresse d'avoir un accès temporaire à l'eau potable. Sur le plan de l'éducation, l'UNICEF a mis en place des espaces d'apprentissage temporaire qui ont pris en charge près de 43.000 enfants.

Somalie

Darfour - L'ONU exhorte à un accord de paix inclusif

Le Représentant spécial conjoint de l'ONU et de l'Union africaine pour le Darfour, Jeremiah Nyamane… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.