4 Mai 2017

Nigeria: L'ONU exhorte Boko Haram à mettre un terme aux violations graves commises contre des enfants

Dans un rapport transmis au Conseil de sécurité sur le sort des enfants en temps de conflit armé au Nigéria, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, exhorte le groupe extrémiste Boko Haram à mettre un terme aux violations graves qu'il continue de commettre contre des enfants.

« Le nombre élevé d'enfants tués ou mutilés, victimes de violence sexuelle ou recrutés et utilisés par des groupes armés est extrêmement préoccupant et j'exhorte Boko Haram à faire cesser immédiatement ces violations graves contre les enfants », déclare M. Guterres.

Le document élaboré à la demande du Conseil de sécurité est le premier rapport du Secrétaire général sur la situation au Nigéria. Il traite de l'incidence des conflits armés sur les enfants pendant la période allant de janvier 2013 à décembre 2016. Axé essentiellement sur les trois États du nord-est les plus touchés par le conflit (Adamawa, Borno et Yobe), il met l'accent sur les violations graves commises contre des enfants par les parties au conflit, notamment Boko Haram, les forces de sécurité nigérianes et la Force civile mixte.

Au cours de la période considérée, les attaques de Boko Haram contre les communautés et les affrontements entre le groupe extrémiste et les forces de sécurité ont entraîné la mort d'au moins 3.900 enfants, et 7.300 autres enfants ont été mutilés. Les attaques suicides sont devenues la deuxième cause de décès d'enfants, représentant plus d'un millier de décès et 2.100 blessés au cours de la période considérée.

Le chef de l'ONU condamne fermement les attaques visant les écoles, les hôpitaux, le personnel protégé et les autres acteurs et complexes humanitaires et il demande à toutes les parties « de respecter le caractère civil des écoles et des hôpitaux et de faire en sorte que les acteurs humanitaires puissent venir en aide, en toute sécurité et sans entrave, aux populations touchées ».

M. Guterres engage le gouvernement nigérian et la Force mixte civile à faire cesser le recrutement et l'utilisation d'enfants par la Force mixte.

« Je prie instamment le gouvernement nigérian d'honorer les obligations qui lui incombent au titre du droit international humanitaire, du droit international des droits de l'homme et du droit international des réfugiés, et d'assurer la protection des civils lors du conflit armé », ajoute-t-il.

« Dans cette optique, je me félicite de l'introduction de dispositions spécifiques relatives à la protection de l'enfance dans la version révisée du code de conduite et des règles d'engagement et de comportement, et je demande au gouvernement et aux forces de sécurité nigérianes de veiller à ce que ces documents soient rapidement adoptés et largement distribués à l'ensemble des forces de sécurité ».

Le chef de l'ONU se félicite également de l'établissement d'un bureau des droits de l'homme au quartier général de l'armée nigériane et appelle de ses vœux la création de capacités de protection de l'enfance chargées d'enquêter sur les violations graves.

Il demande au gouvernement nigérian de veiller à ce que tous les enfants soupçonnés d'être associés à des groupes armés soient traités avant tout comme des victimes et, en particulier, de libérer et de réintégrer immédiatement les 68 garçons détenus depuis septembre 2015.

« Dans cette optique, j'encourage le gouvernement à instituer un protocole de remise aux autorités civiles des enfants rencontrés lors d'opérations militaires. En outre, j'estime encourageant l'engagement du gouvernement à permettre l'accès des observateurs des Nations Unies à certains centres de détention et je l'engage instamment à autoriser un accès régulier à tous les lieux de détention », déclare M. Guterres.

Commentant le rapport, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Virginia Gamba, a dénoncé pour sa part « l'horreur indescriptible infligée par Boko Haram aux enfants du nord-est du Nigéria et des pays voisins ».

Dans un communiqué de presse, Mme Gamba a également félicité le gouvernement nigérian pour les mesures déjà adoptées et sa collaboration avec l'ONU pour améliorer la protection des enfants. Elle a demandé aux autorités de veiller à ce que tous les garçons et les filles reçoivent le soutien et les services nécessaires pour faciliter leur réinsertion dans leurs communautés.

Nigeria

Aliko Dangoté mobilise un club d'Afrochampions pour le développement de l'Afrique

La première fortune d'Afrique, Aliko Dangote, a réuni, mercredi 18 octobre 2017, à Lagos au… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.