4 Mai 2017

Congo-Brazzaville: Réformes - Clément Mouamba appelle à un nouveau mode de gestion à la SNPC, la SNE et la SNDE

Le Premier ministre a appelé le 4 mai à Brazzaville, au changement du mode de gestion des entreprises publiques, notamment la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), la Société nationale d'électricité (SNE) et la Société nationale de distribution d'eau (SNDE).

Ces trois sociétés d'Etat accusant un certain nombre de difficultés, le changement de mode de gestion devrait permettre de renforcer leurs performances. Le Premier ministre a lancé que ce changement devrait intervenir avant la célébration de la fête nationale le 15 août prochain.

Il a également annoncé la relance du programme d'infrastructures dans les prochains jours. Il s'agit de la connexion de la zone industrielle de Maloukou au réseau électrique du barrage d'Imboulou, de la construction de la Cité gouvernementale et du siège de l'Assemblée nationale à Brazzaville, de l'érection d'une ligne électrique entre le barrage de Moukoukoulou et Sibiti.

S'agissant des routes nationales et départementales, il sera installé des postes de péage et pesage pour mieux contrôler la surcharge à l'essieu des véhicules et réprimer les contrevenants à la réglementation à travers des «amendes lourdes».

L'économie congolaise a été fortement secouée au cours de ces trois dernières années par la baisse des cours du baril de pétrole sur le marché international.

«Le budget 2014 simplifié, on a 2800 milliards de francs CFA, en 2015 on a 1503 milliards, soit plus de 1200 milliards de moins, c'est un choc énorme. Nous l'avons corrigé après avoir fait la révision du budget 2016. Il était question de comprendre la situation et d'arrêter la dégradation.

C'est ce que nous avons fait. C'est-à-dire ne plus assurer certaines dépenses qui ne sont pas forcément nécessaires, prendre les mesures sur les différents volets de l'activité économique, etc », a expliqué Clément Mouamba.

« 2017 prépare 2018 qui donnera un bon taux de croissance. L'idée du gouvernement c'est de faire de la diversification économique. Il y a de l'espérance dans le pays, mais nous avons juste besoin de la cohésion à tous les niveaux », a-t-il rassuré.

Le Premier ministre a en outre notifié le lancement d'ici la fin de l'année des travaux de construction de la zone économique spéciale de Pointe-Noire qui selon lui produirait quelque 100.000 emplois directs et indirects.

Il a aussi évoqué le financement par le gouvernement des activités du secteur agricole et l'interdiction d'exporter du bois en grume afin de booster l'industrie forestière.

Situation dans le Pool

Pour le Premier ministre, la force publique n'est pas allée au Pool pour martyriser la population, mais pour la sécuriser. Le pasteur Ntumi et ses proches sont poursuivis pour les actes qu'ils ont commis.

« Ça prend du temps, mais nous y travaillons. Je peux vous dire que Ntumi sera vaincu. Il n'y a pas la peine de mort au Congo. Il sera jugé au cours d'un procès public », a dit Clément Mouamba, excluant l'option de négocier avec le pasteur Ntumi.

Festivités du FESPAM 2017

Organisé chaque deux ans, le Festival panafricain de musique (FESPAM) aura bel et bien lieu en 2017. Cependant, en raison de l'amenuisement des finances publiques, sa durée et son budget seront réduits.

Par contre, l'Afro basket qui devait être organisé au Congo cette année, pour un budget de 3,5 milliards de francs CFA, n'aura plus lieu en raison des difficultés financières. « Ce n'est pas plaisant, mais c'est une question de priorités », s'est justifié le chef du gouvernement.

Congo-Brazzaville

Les familles des experts exécutés en RDC réclament une enquête internationale

Les familles des deux experts des Nations unies exécutés en République démocratique du Congo… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.