8 Mai 2017

Algérie: Algérie-Mauritanie - La promotion des échanges commerciaux tributaire de la révision des taxes douanières

Les participants à l'exposition des produits algériens à Nouakchott ont affirmé à la veille de la clôture de l'évènement que le marché mauritanien était prometteur et le produit algérien d'une bonne qualité et à des prix compétitifs, ce qui encourage la promotion de la coopération commerciale entre l'Algérie et la Mauritanie, estimant néanmoins que l'augmentation des taxes douanières à plus de 60 % pourrait constituer une entrave en la matière.

Plusieurs participants à l'exposition, qui s'est déroulée du 30 avril au 7 mai, ont déclaré à l'APS que "le marché mauritanien est prometteur et le produit algérien jouit d'une bonne réputation en matière de qualité et des prix compétitifs, ce qui permet de se tailler une grande part du marché et d'accéder aux marchés des pays voisins", estimant que les taxes douanières imposées sur les produits de l'exposition étaient exorbitantes, évaluées entre 30 à 60 % selon le produit.

Le représentant de l'entreprise nationale de charpente er de chaudronnerie (ENCC), Dhif Allah Ismain a précisé que "le produit de son entreprise a suscité un grand intérêt", ajoutant qu'il "a établi d'important contacts susceptibles de mener à la conclusion de conventions avec les partenaires économiques mauritaniens afin d'ouvrir une représentation de la société à Nouakchott malgré l'augmentation du taux des taxes douanières imposées sur le produit (58,39 %), ce qui exige d'approfondir le dialogue entre les deux pays en la matière".

A ce propos, le gérant des appels d'offres de la société "Global Motors industries" Algérie, Abdellah Boulakraa, qui oeuvre à ouvrir prochainement une représentation à Nouakchott, a appelé à "l'impératif d'aboutir à un accord entre les deux ministères de commerces des deux pays afin de connaître les obstacles et surmonter les difficultés à même d'encadrer la coopération avec des lois claires appliquées par les deux parties".

Benkari Faouzi, Directeur de la communication et de la commercialisation auprès de la société "Agrodiv", spécialisée dans la transformation des céréales et la fabrication des pâtes dans les Hauts Plateaux, a, quant à lui, estimé que le marché mauritanien était prometteur vu les produits exposés de son entreprise qui font l'objet d'une forte demande, en  contrepartie de ce qui est disponible en matière de qualité et de prix, mettant en avant les promesses tenues avec les partenaires économiques mauritaniens en matière de conventions conclues ayant trait à la vente de produit non seulement en Mauritanie mais la commercialisation vers les pays voisins comme le Sénégal, le Mali et le Niger.

Il s'est cependant inquiété d'une éventuelle augmentation des taxes douanières sur les produits exposés par sa société à l'instar du Couscous et des différentes pâtes estimés de 58%.

De son côté, le directeur commercial de la SNVI, Chaoui Mustapha, a révélé que la société participait à cette manifestation afin de rapprocher le produit du consommateur mauritanien et de le faire connaitre dans les pays de l'Afrique de l'ouest.

Il a en outre ajouté que la société tendait à ouvrir la voie terrestre entre les deux pays pour étendre le réseau de vente, notamment après la signature d'un contrat avec  un groupe mauritanien privé (HB -Hamidi Bouchraya-) permettant l'ouverture de ses concessionnaires pour commercialiser des bus du transport scolaire et des  camions de différents volumes.

Par ailleurs, Abderezzak Bouima, gérant d'une société représentant quatre (04) laboratoires de médicaments, a indiqué que depuis le début des facilitations des exportations vers l'Afrique en  2014, les représentants de la société avaient effectué   plusieurs visites dans huit pays africains pour "élaborer une étude de faisabilité de ce marché" ajoutant qu'ils  avaient "commencé la commercialisation du produit depuis 2016 à deux distributaires mauritaniens, les médicaments algériens jouissant d'une bonne réputation et d'un prix compétitif dans ce jeune marché".

En outre, Noureddine Chiakh, un exportateur algérien au marché mauritanien depuis deux ans, a souligné que le seul obstacle dans l'exportation était "l'augmentation des taxes douanières et des impôts forfaitaires" applicables sur le produit algérien.

Algérie

Le Maroc rappelle son ambassadeur à Alger

A la suite des déclarations gravissimes du ministre des Affaires étrangères de la République… Plus »

Copyright © 2017 Algerie Presse Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.