9 Mai 2017

Afrique: Je dis français couleur gombo

Le lancement du second volume de la revue PO&SIE consacré à l'Afrique* a donné lieu à un après-midi de qualité, en mars dernier à Paris. La couverture représente des enfants en marche vers la cérémonie des moissons, portant leurs tabourets sur la tête. Elle est l'œuvre de Cedric Nunn, photographe sud-africain, grand pisteur de scènes quotidiennes, descendant de l'aventurier John Dunn et de l'une de ses quarante-huit épouses zouloues.

Michel Deguy, le rédacteur en chef, nous a gratifié d'une introduction soignée, saluant le travail « musaïcal » de l'équipe. « L'enfer des autres est dicible », a-t-il affirmé en référence au parcours des migrants africains traversant le continent pour essayer de parvenir en Europe. « Il est temps de passer le relais aux témoins des témoins. »

Les concepteurs de cet ouvrage dense ont misé sur la créativité qui émane de l'Afrique contemporaine. « Nous avons refusé le catastrophisme et l'essentialisme » (Pierre Leroux). « Personne ne peut savoir ce qu'ont vécu les migrants. » (Claude Mouchard). « Aujourd'hui, ce sont les Africains qui parlent, géopolitiquement » (Laurent Jenny). L'Afrique essaime en effet partout dans le monde, jusqu'à Canton et Vancouver.

Sur place, les interrogations demeurent. « Si les ancêtres chevauchent le temps, questionne le Sud-Africain Wally Serote, alors pourquoi ne nous aident-ils pas ? » Face au silence, le regretté Sony Labou Tansi ose : « Qu'a le poète de plus que les autres, sinon son entêtement ? »

Eve, nous le savons désormais grâce à la génétique, est née voici 200 000 ans en Afrique, quelque part dans la vallée du Rift ou dans les collines du Gauteng. Depuis lors, l'homo sapiens n'a cessé de quitter le continent. D'ailleurs, selon l'Ivoirienne Tanella Boni, on ne devrait pas dire les migrants, mais « les partants », car beaucoup font la navette et tous gardent l'Afrique au coin du cœur.

Des partants, cet après-midi-là, j'en ai retenu trois.

Dorcy Rugamba a fui le Rwanda le 12 avril 1994, au lendemain même l'appel au génocide. Il a prononcé l'éloge funèbre de la vieille Afrique. Un kaddish haletant et sarcastique.

Sinzo Anza a quitté le massif du Ruwenzori pour Kinshasa. Chez lui, on se lance dans des danses débridées pour défier la mort. Arrosées de vin de banane, ces ngwakis insolentes donnent à tous les débordements. C'est aussi le nom qu'il a choisi pour qualifier ses poèmes de deuil. Il pleure notamment un ami qui photographiait la capitale à travers des flaques d'eau... et qui a succombé à la malaria.

Enfin le flamboyant Daniel Ebony, croisé à Abidjan du temps où il travaillait à Fraternité Matin. Un article ayant déplu au président, il s'exila en 1976 et mourut à Dakar sept ans plus tard. Son œuvre brillante est célébrée par les connaisseurs.

« Je dis français âmes agglomérées

Je dis français couleur gombo

Je dis français poto poto soweto

Je dis français bleu de chauffe »

Au passage, signalons que le gombo, fruit cannelé de l'hibiscus esculentus, de couleur verte, assaisonne le quotidien. Le langage vert fleurit parmi ces poèmes qui claquent comme des oriflammes.

Remué par les textes et les souvenirs, je me suis promis d'écrire une lettre à Tchikaya U tam'si, désormais au paradis des œnologues, pour sa jolie formule « à croque-temps ». Je me suis demandé pêle-mêle pourquoi tant de gens savants commencent leur allocution par « Donc », pourquoi si peu de dames sur l'estrade, pourquoi l'Afrique dégage tant d'énergie.

Afrique

Conférences de l'Omc à Buenos Aires - Roberto Azevedo déçu des résultats obtenus

La onzième conférence des 164 ministres des Etats membres de l'Organisation mondiale du commerce (Omc) n'a… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.