10 Mai 2017

Cameroun: SOPECAM - La RCA en quête d'expertise

La délégation du ministre de la Communication de la RCA a fait une descente au sein de l'entreprise hier. Le ministre centrafricain de la Communication, Charles Paul Lemasset, a été émerveillé par la qualité du personnel et des infrastructures dont regorge la Société de Presse et d'Editions du Cameroun (Sopecam).

Une visite effectuée hier au sein de l'entreprise sous la conduite du directeur général, Marie Claire Nnana accompagnée de ses proches collaborateurs, a permis de faire le constat des multiples réalisations dans le domaine de la presse écrite, de l'imprimerie et de l'édition au Cameroun.

De la salle de rédaction du quotidien national bilingue Cameroon Tribune à la salle de pré-presse en passant par la rotative KBA Comet jusqu'aux ateliers de façonnage et de reliure industrielle, les hôtes de la Sopecam étaient au coeur du processus de fabrication d'un journal jusqu'à son impression.

Avec quelques échantillons à l'appui, Charles Paul Lemasset et sa suite ont apprécié la qualité du travail tant dans le domaine de la presse écrite que de l'édition du livre. « C'est vraiment impressionnant », a lâché le visiteur à chaque étape.

Au cours de la séance de travail qui a suivi, le directeur général de la Sopecam s'est réjoui du choix porté sur son entreprise par le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, pour aider ce pays frère dans sa quête de reconstruction de la communication.

Après avoir présenté les différentes directions de la Sopecam, Marie Claire Nnana a laissé son hôte dérouler ses besoins. « Nous avons en idée de créer un journal centrafricain à l'image de Cameroon Tribune. C'est un beau journal, bien écrit et lu. Nous voulons faire pareil.

Nous voulons commencer par un hebdo, ensuite un bihebdo, avant de devenir un quotidien », a expliqué Charles Paul Lemasset. Seulement, pour y parvenir, l'expertise et le professionnalisme font défaut.

« Nous sommes venus voir dans quelle mesure la Sopecam peut nous aider. Nous sommes dans une dynamique de recevoir cette expertise afin d'être opérationnel dans un délai très court.

Le savoir-faire camerounais nous permettra de relever le défi de la communication », a-t-il précisé. Pour une expertise sans faille, la Sopecam a proposé qu'une identification des besoins soit faite en Centrafrique. Il s'agit entre autres d'évaluer l'existant en termes d'infrastructures et de ressources humaines.

« Pour un début, vous pouvez déjà identifier les rédacteurs d'un certain niveau, parce que le journalisme s'apprend aussi sur le tas. Ils seront ensuite formés à la SOPECAM pour être opérationnels », leur a proposé Marie Claire Nnana.

Pour être dans les délais, les experts de la Sopecam sont attendus en RCA en début du mois de juin, pour que d'ici août, le premier journal centrafricain voit le jour.

Cameroun

L'agresseur d'un policier rattrapé à Douala

Robert Ying Dapsia avait poignardé un gardien de la paix 2ème grade à la gare ferroviaire a… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.