10 Mai 2017

Togo: Le pays esclave de son endettement, d'après Thomas Dodji Koumou

L'expert en Economie et Finance, également président de l'association « Veille Economique », Thomas Dodji Koumou, ne passe pas sous silence le dernier accord triennal signe entre le Fonds Monétaire International (FMI) et le Togo.

Pour ce dernier, le Togo est simplement un véritable esclave de son endettement qui passera à 81,3% du PIB à la fin de cette année 2017. Il voit enfin derrière le dernier accord, une option des gouvernants togolais pour un palliatif aux problèmes de gestion de finance publique que connait e pays... .

« Il s'agit de l'accord triennal que le Fonds Monétaire International (FMI) vient de signé avec notre pays le Togo le 05 mai 2017 pour un montant de 176,16 millions de DTS soit environ 241,5 millions $ us dont 25,17 millions de DTS (34,5 millions $ US seront immédiatement débloqués. Je rappelle que le Droit des Tirages Spéciaux (DTS) est la monnaie du FMI. J'expliquerai çà une autre fois. Cet accord est conclu dans le cadre du FEC.

Il faut d'abord comprendre qu'un pays n'a recours au FMI que lorsqu'il a des problèmes de gestion de finance publique. C'est encore plus vrai lorsque vous êtes obligés de passer par le programme de Facilité Elargie de Crédit (FEC).

Alors, de quel mal souffre le Togo ? Depuis toujours (50 ans), de la mauvaise gouvernance. De façon technique, il nous est demandé à travers cet accord d'améliorer notre solde budgétaire par la réduction des dépenses et l'amélioration des recettes notamment fiscales. Pour faire simple, il y a de la douleur devant.

Pour vous donner une idée de ce qui se passe, disons que le FMI dit que nous sommes passer d'un niveau d'endettement de 48,6% du PIB en 2011, à 80,8% du PIB en 2016 et nous passerons à un pic de 81,3% du PIB à la fin de 2017.

Je suis en train de vous parler de la dette que vos enfants vont payer, puisque les gouvernants eux ils sont riches ainsi que leurs enfants et ceux de nos compatriotes qui les défendent nuit et jour.

Ce que le FMI veut dire c'est simple. Si le Togo était un bien, s'il est vendu aujourd'hui, 80% de l'argent récolté servira à rembourser les créanciers.

Voilà comment notre pays est géré depuis des années et pourtant les gouvernants ont installé malgré tout une situation d'inamovibilité du pouvoir et dès que vous voulez revendiquer, on vous tire dessus.

Nous avons au stade actuel un PIB qui est estimé au mieux à 2 800 milliards de FCFA. 80,8% de 2 800 milliards font 2 262 milliards de FCFA. Voilà ce que vous et moi avons comme dette à rembourser.

Il parait qu'on a construit des routes avec cet argent. Lorsque vous avez la chance de visiter les pays tels que la Côte d'Ivoire, vous savez ce qu'on appelle route. La durée de vie des routes dans notre pays ne dépasse pas la maturité de la dette qui a servi à construire la route.

Je préfère vous éviter les explications des aspects techniques de cet accord pour ne pas vous perdre du temps. Cependant si les défenseurs des gouvernants veulent en parler je reviendrai dessus.

Nous sommes en esclavage. Un jour la Divine Providence nous permettra de nous en sortir.

Puisse-t-elle veiller sur nous et marcher à nos côtés.

Togo

Le 2 février met les petits plats dans les grands

L'hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour… Plus »

Copyright © 2017 Télégramme228. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.