10 Mai 2017

Burundi: Disparitions forcées

La 112ème session du Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées et involontaires s'est ouverte. Dès jeudi, la société civile burundaise fera un plaidoyer auprès des experts.

Des associations de la société civile burundaise réclament que toute la lumière soit faite sur les disparitions forcées non-élucidées. Entre 300 et 900 cas auraient été recensés depuis le début de la crise, en avril 2015.

Le président du FOCODE, Forum pour la conscience et le développement, Pacifique Nininahazwe promet, preuves à l'appui, de prouver la responsabilité des autorités dans ces disparitions:

"Au niveau du FOCODE, nous avons reçu 150 cas qui nous ont été envoyés par des familles des victimes. Nous sommes en train d'enquêter sur tous ces cas. Nous avons déjà terminé la documentation de 30 cas. Nous aurons terminé la publication de tous ces cas au cours de cette semaine"

La présidence burundaise accuse l'opposition

Le porte-parole adjoint du président Pierre Nkunrunziza refuse d'en endosser la responsabilité. Alain Diomède Nzeyimana:

" Ce qui a commencé comme une insurrection urbaine et qui a aboutie à un coup d'état du 13 mai 2015 a continué jusqu'à présent.

Ce serait une erreur d'accorder tous ces abus là au gouvernement légitime du Burundi. Le Burundi présentement est beaucoup plus calme que la plupart des pays même européens "

Parmi les nombreux cas de disparitions, deux ont le plus retenu l'attention. Celui de Marie-Claudette Kwizera, la trésorière de la Ligue des droits humains du Burundi, la Ligue Iteka. Sans oublier la disparition du journaliste Jean Bigirimana en août dernier.

Burundi

Bujumbura Peace Run, la mascarade

L'évènement qui a squatté les fils d'actualité des internautes burundais tout le long du… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.