11 Mai 2017

Maroc: France - Vers une levée du secret-défense dans l'affaire Ben Barka?

Photo: RFI
Mehdi Ben Barka lors d'un congrès du l'Union nationale des forces populaires (UNFP) en 1960 à Issy-les-Moulineaux.

Paris a décidé d'autoriser la déclassification de 89 nouveaux documents liés à la disparition en 1965 de l'opposant marocain Mehdi ben Barka. Cet avis favorable suscite beaucoup d'espoir chez la famille du disparu.

Les documents qui seront déclassifiés étaient jusque-là classés secret-défense et issus des archives du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage. Ils couvrent la période 1965 et 1966, correspondant à l'enlèvement puis à la disparition de l'opposant.

Il y a certes, déjà plusieurs déclassifications qui n'ont pas fait avancer la procédure. Mais la famille de l'opposant espère que cette nouvelle série permettra d'élucider les circonstances exactes de la disparition de Mehdi ben Barka.

Question : pourquoi, la France s'oppose-t-elle souvent aux levées des cas secrets-défense? L'analyse de Pascal Mbongo, Professeur des facultés de droit à l'Université de Poitiers en France:

" Il faut voir par exemple, le débat sur le fait que Monsieur Macron dise que la France a commis des crimes contre l'humanité en Algérie. Imaginez qu'on publie les archives qui montrent concrètement des actes de torture, de barbarie, ainsi de suite. Ce sont des mémoires vives qui peuvent susciter des polémiques, des tensions extrêmes"

Les archives sur l'assassinat de Thomas Sankara seront-elles ouvertes?

En mars dernier, Pouria Amirshahi, député socialiste représentant les Français de l'étranger, a demandé l'ouverture des archives sur l'assassinat de Thomas Sankara.

La veuve de l'ancien président burkinabé, Mariam Sankara , espère qu'il aura gain de cause et dit même faire confiance aux autorités françaises. Mais Bruno Jaffré, le biographe de Thomas Sankara est sceptique:

" Sankara était assassiné au moment de la cohabitation. Donc, on a eu en parallèle le cabinet de François Mitterrand et celui de Jacques Chirac, en particulier qui aurait rappelé aux affaires Jacques Foccart.

Or, l'on ne sait absolument pas qu'est-ce qu'il y a dans les archives de Jacques Foccart. Il y a des gens qui ont travaillé sur les archives, au moment de la 1ère phase où il a travaillé pour le gouvernement français. Ce qu'il y a dans les archives après 1986. On ne sait pas du tout"

Et l'affaire Outel Bono?

Selon des sources historiques, ce médecin a été assassiné à Paris par un tueur professionnel, rue de la Roquette, alors qu'il montait dans sa voiture, le 26 août 1973.

Il s'apprêtait à annoncer la création de sa formation politique, le Mouvement démocratique de rénovation tchadienne (MDRT), pour combattre les dérives dictatoriales du premier président du Tchad, Ngarta Tombalbaye. Depuis, un flou artistique entoure cette affaire et on ne connaît toujours pas l'auteur de cet assassinat ni les mobiles du crime.

En savoir plus

Déclassification partielle du dossier Ben Barka

29 octobre 1965. Cette date dit-elle encore quelque chose au grand public ? Sans doute pas. Eh bien, ce jour-là,… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.