13 Mai 2017

Afrique du Sud: Un proche de Zuma fait son retour à la tête d'Eskom

En Afrique du Sud, levée de boucliers générale après le retour du controversé Brian Molefe à la tête de la compagnie publique d'électricité Eskom. Proche de Jacob Zuma, Brian Molefe avait quitté ses fonctions en novembre, car son nom apparaissait dans le rapport de l'ex médiatrice de la République sur « la capture de l'Etat ». Selon cette enquête, le patron d'Eskom aurait été en contact des dizaines de fois avec la fratrie Gupta, des hommes d'affaires indiens proches de Jacob Zuma et soupçonnés d'avoir la mainmise sur les affaires de l'Etat.

Brian Molefe a fait un bref passage au Parlement en tant que député, avant que cette décision soudaine de le réintégrer dans ses fonctions ne soit annoncée en fin de semaine par le conseil d'administration d'Eskom. Une décision validée par la ministre des Entreprises publiques.

Cette dernière est bien seule pour défendre le retour de Brian Molefe dans ses anciennes fonctions. En face d'elle, la fronde est complète, des syndicats aux partis d'opposition, en passant par les organisations anti-corruption.

« Brian Molefe est innocent tant qu'il n'a pas été prouvé coupable » a-t-elle tranché. Il sera donc réintégré à la tête d'Eskom pour 2 ans et demi jusqu'à la fin de son contrat.

Selon elle, cela coûtera moins cher à l'Etat de le remettre en place en attendant une enquête que de payer les 2 millions d'euros de pension auxquels il aurait eu droit autrement.

Mais l'opposition est vent debout contre cette décision. L'Alliance Démocratique entend porter l'affaire devant la justice dès la semaine prochaine. Le parti a estimé que cette nouvelle « est un désastre pour Eskom », dont les dirigeants sont « entourés de soupçons de corruption ».

Le syndicat Numsa souligne que Brian Molefe était parti « pour laver son nom » mais rien n'a changé depuis. Quant à la confédération syndicale Saftu, elle juge cette décision « outrancière », vu la fragilité de la compagnie publique.

Même le porte-parole de l'ANC a fait part de l'« embarras » du parti suite aux déclarations de la ministre, qui semble « valider un processus illégal » selon lui.

Le secrétaire général du parti a qualifié cette annonce de « blague ». Cela « le ridiculise et ridiculise l'ANC en même temps » a-t-il déclaré.

Ces réaction courroucée du parti majoritaire montre que Jacob Zuma est de plus en plus isolé selon les analystes politiques.

Afrique du Sud

L'opposant sud-africain Mmusi Maimane empêché de se rendre en Zambie

Le principal dirigeant de l'opposition sud-africaine, Mmusi Maimane, n'a plus le droit de se rendre en Zambie. Des… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.