14 Mai 2017

Sénégal: Plus de 60 milliards de la BM pour un projet de ligne électrique Kayes-Tambacounda

Dakar — Le Conseil d'administration de la Banque mondiale a approuvé vendredi, pour un montant de plus de 60 milliards de francs CFA (91, 5 millions d'euros), un projet portant notamment sur la construction d'une ligne électrique devant relier la sous-station de Kayes (Mali) à celle de Tambacounda.

Ce projet, dénommé Projet d'extension du système de transport électrique, "permettra d'améliorer la fourniture d'électricité auprès des usagers", souligne un communiqué de presse transmis à l'APS.

Dans cette perspective, souligne le texte, il devrait augmenter "considérablement le commerce de l'électricité au sein de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS)".

Selon Louise Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale au Sénégal, "le Sénégal possède l'un des meilleurs taux d'accès globaux à l'électricité en Afrique subsaharienne, mais son prix de production est relativement plus élevé que la moyenne régionale, et l'accès dans les zones rurales demeure faible".

Mme Cord précise que "l'objectif de ce nouveau projet +est de promouvoir le développement et le partage de l'électricité hydroélectrique, qui a été la clé de la réduction des coûts de l'électricité au Sénégal, au Mali et en Mauritanie".

Elle souligne que "chacun de ces pays pourra accéder à des sources d'énergie nouvelles et plus diversifiées, garantissant plus de fiabilité et de flexibilité, tout en diminuant le coût de l'électricité".

Charles-Joseph Cormier, directeur sectoriel "Énergie" à la Banque mondiale prédit qu"'avec une population croissante dans les trois pays, la demande d'énergie devrait croître, nécessitant une capacité de production supplémentaire pour la région".

A l'en croire, "le projet proposé +n'augmentera pas seulement le commerce de l'électricité entre les trois pays, mais intégrera le système OMVS au Système d'échanges d'énergie électrique ouest-africain (EEEOA)+".

Une fourniture d'électricité plus fiable devrait également avoir des effets positifs sur la productivité de la population ainsi que les avantages comparatifs des entreprises dans les pays de l'OMVS et, à terme, créer des emplois et stimuler la croissance économique, ont souligné Louise Cord et Charles-Joseph Cormier.

Selon le communiqué, le projet "financera la construction d'une nouvelle ligne de transmission et des sous-stations associées pour renforcer et étendre le Réseau interconnecté de Manantali (RIMA), l'épine dorsale du réseau électrique OMVS".

"La nouvelle ligne reliera l'actuelle sous-station de Kayes, au Mali, à la sous-station de Tambacounda au Sénégal, qui fait partie du système WAPP élargi [acronnyme de Système d'échanges d'énergie électrique oues-africain]. Elle sera ainsi connectée au système de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie, OMVG)."

Le moins que l'on puisse dire est que ce financement est une bonne nouvelle à quelques jours de la 17-ème Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), qui se tiendra mercredi à Conakry.

Au menu de cette rencontre, figurent le bilan de l'Organisation depuis la dernière conférence et les grandes orientations stratégiques pour les années à venir.

Elle regroupera, outre le président guinéen, président en exercice de la Conférence des chefs d'Etat, les présidents du Sénégal, Macky Sall, du Mali, Ibrahim Boubacar Keita et de la République Islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Sénégal

Investissement dans les infrastructures - Le Cabinet Kaizene veut favoriser des partenariats

Dakar abrite une rencontre de deux jours axée sur les Btp et les infrastructures organisée par le Cabinet… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.