14 Mai 2017

Ile Maurice: Post-BAI - 12 voitures vintage vendues à Rs 21 M

«Ban loto antikité ki Rawat ti éna inn disparet.» C'est ce qu'a déclaré l'ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, vendredi soir, après qu'il a rendu visite aux anciens millionnaires qui ont entamé une grève de la faim depuis une semaine, au Jardin de la Compagnie.

Qu'en est-il réellement ? Où sont donc passées les voitures vintage de Dawood Rawat ? Il nous revient qu'elles étaient au nombre de 12. Parmi, des Austin, Ford, Vauxhall, Singer, Morris Minor, Mercedes, Minor, MG. Toutes étaient exposées dans l'enceinte de l'ancien showroom d'Iframac, à Phœnix Les Halles.

Cuisiné pour des détails, Shakeel Mohamed croit savoir que des «personnes proches du gouvernement» seraient devenues propriétaires de ces voitures, qui valent chacune «plusieurs millions de roupies». Un membre de la famille Rawat se dit pour sa part convaincu qu'elles ont été vendues à des prix «dérisoires, tout comme les autres actifs» du groupe BAI. Une source, qui a «ouvert» le dossier par le passé, se demande pour sa part si l'administrateur a entrepris un exercice d'appel d'offres en bonne et due forme avant de vendre ces véhicules.

Interrogé hier à ce propos, Yacoob Ramtoola, Group Managing Partner de BDO Mauritius et administrateur spécial du groupe BAI, confirme que toutes les voitures exposées chez Iframac, y compris les voitures anciennes de Dawood Rawat, ont trouvé preneurs. «Ceux qui m'ont précédé à ce poste ont fait publier des avis dans la presse. Comme les voitures étaient exposées dans un showroom au départ, les personnes sont venues nous soumettre leurs propositions sur place. Il y en a que nous avons acceptées, à savoir les plus offrantes, et d'autres que nous avons rejetées», souligne Yacoob Ramtoola.

Du côté du cabinet d'experts-comptables BDO, on soutient que celles qui n'avaient pas encore trouvé d'acquéreur ont été vendues après un nouvel exercice d'appel d'offres lancé en décembre 2016. Les paiements, apprend-on, ont été effectués par chèque bancaire.

Nos recoupements d'informations indiquent que le montant récolté après la vente des 12 voitures s'élevait à Rs 21 millions. «Ce qui fait plus de Rs 1,5 million pour une voiture. Il y en a qui ont coûté plus cher que d'autres. Donc, on ne peut pas dire que ces voitures ont été bradées», fait valoir une source. Celle-ci confie par ailleurs que «deux clients ont acheté ces voitures pour les exposer dans leur jardin». Et d'ajouter : «Il paraît que cela porte chance.»

Est-ce qu'elles ont atterri dans l'arrière-cour de certaines personnes proches du pouvoir ? Les clients sont des «common men», insiste notre interlocuteur. S'agissait-il de courtiers, d'intermédiaires ? «Je ne peux pas vous répondre.»

Christophe Leroux, président du Vintage & Classic Car Owners Association, confirme pour sa part avoir vu un avis dans la presse concernant la vente des voitures. «C'est comme ça que j'ai su où je devais me rendre pour les voir.» Il s'est alors rendu au siège de BDO, à Port-Louis, pour obtenir d'autres infos avant d'aller admirer les véhicules dans le sous-sol de Phoenix Les Halles. S'il n'en a pas acheté personnellement, Christophe Leroux dit connaître certains des clients qui ont fait l'acquisition des «bijoux». Qui sont-ils ? Nous n'en saurons pas plus...

Reste à savoir si l'on retrouvera quelques-unes de ces pièces rares lors de la prochaine exposition dédiée aux voitures vintage. Celle-ci se tiendra au Château du Réduit du 20 au 28 mai, dans le cadre du 25e anniversaire de la République.

Ile Maurice

Après les taxis d'hôtels, la Fédération des travailleurs unis se dresse pour les travailleurs d'hôtel

«Le ministre du Tourisme ne se rend pas compte des réalités des travailleurs dans… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.