15 Mai 2017

Congo-Kinshasa: Relance de l'économie - La BCC préconise la mise en œuvre des réformes structurelles

Les indicateurs du cadre macroéconomique sont au rouge. Si rien n'est fait, la République risque de connaître l'une des périodes la plus sombre de son histoire économique. Du coup, la sonnette d'alarme est tirée par la Banque centrale du Congo (BCC).

L'économie congolaise traverse, depuis près de cinq ans, des zones de fortes turbulences. La dépréciation sans cesse du franc congolais (monnaie nationale) face à la devise américaine, la baisse drastique des réserves de change, l'effritement des recettes de l'Etat... .

Face à cette situation peu reluisante, les solutions préconisées par la Banque centrale du Congo (BCC) semblent appropriées. Des experts affirment que la RDC paie le prix de l'absence de réformes structurelles.

Au cours de la conférence de presse tenue, le vendredi 12 mai à l'issue de la 4ème réunion du Comité de politique monétaire (CPM), le gouverneur de la Banque centrale du Congo et président du CPM, Deogratias Mutombo Mwana Nyembo, s'est appesanti sur les solutions possibles qui peuvent aider l'économie congolaise à redécoller. Parmi celles-ci, la mise en œuvre des réformes structurelles qui, selon lui, pourra permettre la stabilisation et la relance de l'économie.

En outre, le pays est invité à accroître sa production locale, étant donné que la RDC est un marché capable d'absorber des quantités importantes de sa propre production. La ville de Kinshasa, à elle seule, consomme 300 000 tonnes de riz et 700 000 tonnes de poissons par mois, selon les récentes statistiques produites par les experts de l'Institut d'émission.

Et le riz ainsi que les poissons, viande et autres produits de grande consommation sont les fruits de l'importation, alors que le pays est à mesure de les produire deux ou trois fois plus. Produire ces aliments de grande consommation localement éviterait au pays de nombreuses importations qui, du reste, font perdre les devises à la République démocratique du Congo.

« Ce qui étonne parfois, c'est le fait que les populations congolaises consomment ce qu'elles ne produisent pas. La forte demande intérieure dépend essentiellement des importations », s'est étonné Deogratias Mutombo. Ainsi, il a suffi que le cours des matières premières connaisse une chute libre sur le marché international pour que le choc soit ressenti dans l'économie congolaise.

Pour la seule année 2016, le franc congolais s'est déprécié de 25%. Et le taux de croissance, lui, est tombé jusqu'à 2,4% à fin 2016 contre 6,7% en 2015 et 9,5% en 2014. Quant aux réserves internationales de change, elles sont passées de 1,4 milliard USD à fin décembre 2015 à 738 millions USD à fin avril 2017, représentant 3,24 semaines d'importations des biens et services sur fonds propres.

En 2016, le déficit budgétaire a été estimé à plus de 520 millions de CDF. Et durant toute l'année 2016, le gouvernement congolais finançait ses déficits budgétaires avec les avances de la Banque centrale du Congo, puisées naturellement dans les réserves internationales.

Les efforts méritent donc d'être fournis pour sortir le pays de la situation calamiteuse où il se trouve actuellement. Toutes les énergies doivent ainsi être fédérées autour des têtes pensantes pour sortir la tête de l'eau.

Congo-Kinshasa

Kabila dans l'imbroglio de la tenue du scrutin présidentiel

Des doutes persistent sur la possibilité de la tenue de l'élection présidentielle d'ici à la… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.