15 Mai 2017

Congo-Brazzaville: Développement industriel - La production du ciment au Congo, bientôt régie par une norme

Un comité technique composé des techniciens du ministère de l'Industrie, ceux en bâtiments et travaux publics, des chercheurs de l'Université Marien-N'Gouabi, les cimentiers ainsi que les associations des consommateurs, s'est réuni le 15 mai à Brazzaville. Objectif : élaborer un document de référence sur le ciment produit en République du Congo.

« On normalise pour que la production du ciment obéisse à des règles strictes dont l'objectif final est d'avoir un ciment de qualité.

Cette norme contiendra des règles et informations capitales pour les cimentiers », a indiqué le directeur de l'Agence congolaise de la normalisation et de la qualité, près le ministère de l'Industrie, Jean Jaques Ngoko Mouyabi.

Ajoutant : « Ce sont les producteurs eux-mêmes qui ont demandé au gouvernement de leur rédiger une norme.

Car, jusqu'à ce jour, chaque unité de production a sa propre norme. Si les principes de travail sont respectés, d'ici le mois de septembre prochain, le document sera disponible. A ce moment-là, le ciment importé devra aussi, obéir à la norme congolaise en la matière ».

Signalons que prélude à l'élaboration de la présente norme sur le ciment, des enquêtes de terrain ont été menées en 2016, par des experts en la matière. A cela s'ajoutent des visites de cimenteries, des recherches documentaires puis la tenue des réunions techniques préparatoires.

Afin d'offrir aux populations des matériaux de construction à des coûts abordables, dans l'objectif d'améliorer leurs conditions de vie à travers des habitations modernes et descentes, l'Etat congolais encourage l'implantation des cimenteries.

Outre celles qui sont déjà en production à savoir : Forspak à Dolisie (Niari) et Sonoc à Loutété (Bouenza) ayant une capacité de 300.000 tonnes /an respectivement et Cimaf à Makola dans le Kouilou (500.000 tonnes/ année), d'autres usines sont en construction.

Il s'agit de Dangoté ciment à Yamba dans la Bouenza (3000 tonnes par jour, soit 1.500.000 tonnes l'an) et Diament Ciment à Mindouli dans le Pool.

Toutes ces industries dont certaines sont encore à l'étape de négociation, contribueront à baisser davantage le prix du sac de ciment dont le montant actuel oscille entre 3700 et 5000 FCFA.

Porteuse d'espoir pour le développement économique du pays, ces cimenteries pourraient contribuer, à réduire le taux d'importation du ciment et à pallier le déficit observé au Congo, où le besoin en la matière est estimé à 2 millions de tonnes par an.

Congo-Brazzaville

Les grands duels du second tour des élections législatives 2017

Aussitôt après la publication des résultats du premier tour le vendredi 21 juillet dernier par le… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.