15 Mai 2017

Afrique du Nord: Crise libyenne - Rencontre avortée entre al-Sarraj et Haftar au Caire

En Libye, la situation est à nouveau tendue à Tripoli menacé par le retour des milices connues sous le nom de Fajr Libya, « Aube de la Libye », qui avait déjà envahi la capitale en 2014. Ces menaces répétées ont empêché la nouvelle rencontre prévue la semaine dernière au Caire entre le Premier ministre du gouvernement d'union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj, et l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar.

Cette rencontre devait concrétiser l'accord conclu entre les deux belligérants le 2 mai à Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis. Mais al-Sarraj n'a pas pu quitter Tripoli, les islamistes menacent de le chasser avec son gouvernement en cas d'une nouvelle réunion.

Les miliciens islamistes ne décolèrent pas à Tripoli. En théorie sous l'ordre du gouvernement, ces forces menacent de chasser le Premier ministre s'il se réconcilie avec le maréchal Haftar. Fayez al-Sarraj, face à aux réactions des islamistes, a préféré ne pas quitter Tripoli pour Le Caire.

Depuis le 2 mai, date de la première rencontre entre les deux protagonistes de la crise libyenne, les miliciens islamistes multiplient les protestations sur le terrain.

Suite aux déclarations du ministre des Affaires étrangères considérant Khalifa Haftar comme le chef légal de l'armée, ils ont occupé le ministère des Affaires étrangères, accroché sur ces murs des photos de Khalifa Haftar entaché de sang, le qualifiant de « criminel de guerre ».

Quant au ministre Mohamed Taher Siala, il est depuis bloqué à Tunis. L'un des chefs de milices islamistes, Salah Badi, est même allé jusqu'à menacer de brûler Tripoli avec des armes chimiques.

Le Premier ministre n'est d'ailleurs pas aidé par l'armée libyenne de l'Ouest, pourtant en faveur de la réunification de l'armée, des officiers ont tenu une réunion dimanche soir et ils ont refusé, eux aussi, l'autorité de Khalifa Haftar.

Que veut Fajr Libya ?

Les islamistes libyens n'ont jamais accepté d'avoir perdu les élections législatives de juin 2014, élections largement remportées par une coalition des partis politiques et des membres indépendants de la société civile. Dès lors, ils ont cherché à obtenir par les armes ce qu'ils ont perdu dans les urnes.

Les armes et les intimidations, car ils commencent alors à adresser des menaces systématiques aux intellectuels, aux symboles de la société civile, mais aussi aux hommes politiques.

Ces islamistes forment ensuite une large coalition composée de Frères musulmans et de différents partis extrémistes, dont al-Qaïda. Le tout s'organise sous le nom de Fajr Libya. Ils envahissent la capitale et la dominent au bout de quelques semaines de combats.

Le travail du Parlement élu, ainsi que celui du gouvernement, devient impossible. Les élus et les ministres cherchant à garantir leur sécurité déménagent alors vers l'Est.

Aujourd'hui, le gouvernement d'union nationale, issu de l'accord politique inter libyen, est pris en otage et devient de plus en plus dépendant de la volonté de ces islamistes. Face au récent rapprochement Haftar-Sarraj, Fajr Libya menace, à nouveau, d'envahir la capitale.

Afrique du Nord

Les Tunisiens debout contre la corruption

Ceux qui ont manifesté leur soutien à Youssef Chahed ont, comme tout le monde, suivi les rebondissements… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.