16 Mai 2017

Tunisie: Le gouvernement s'attaque au déficit commercial

Tunisie-Turquie : réactiver les mesures protectionnistes suivant ce que stipule la convention signée entre les deux pays

Baisser les quotas pour les concessionnaires automobiles au titre de l'année 2017

Renforcement du contrôle à l'export par l'obligation de présenter une déclaration douanière afin d'éviter la manipulation au niveau des prix déclarés. Le contrôle technique sur les importations sera renforcé ainsi que la révision de la liste des produits soumis au contrôle technique à l'import et à l'export

Les crédits de consommation destinés à l'importation de produits non essentiels sous la loupe de la BCT

Actualisation de la liste des entreprises et des structures publiques et privées résidentes qui procèdent à de grandes importations, afin d'avoir leur planning d'importation à l'avance pour améliorer les prévisions des paiements par devises

Le ministre du Commerce et de l'Industrie, Zied Laâdhari, a annoncé hier, lors d'une conférence de presse à La Kasbah, que le déficit de la balance commerciale pour le mois d'avril 2017 a baissé de 19% par rapport au mois d'avril 2016.

"Une bonne nouvelle qui dénote une amélioration de la balance commerciale. D'ailleurs, pour le même mois, les exportations ont augmenté de 10% et les importations se sont repliées de 2%", affirme-t-il.

Cette amélioration a impacté également la balance commerciale pour les quatre premiers mois de 2017, enregistrant un taux de croissance de +8% pour les exportations, soit plus de 10,2 MDT contre 7,4% durant le premier trimestre et une baisse à 13,8% pour les importations contre 20,3% à la même période indiquée.

Renforcement du contrôle technique sur les importations

Une performance qui a été réalisée, selon le ministre, grâce à un nombre de mesures qui ont été prises par le gouvernement pour pallier le déficit commercial qui n'a cessé de se creuser depuis 2016.

Ces mesures ont été élaborées sur la base d'un diagnostic de la structure des échanges commerciaux, qui a montré que 86% des importations en 2016 concernent des produits de base et de nécessité pour l'économie nationale, et 14% sont des produits de consommation non essentielle dont il faudrait rationaliser l'usage.

A cet effet, il a été décidé d'augmenter les tarifs douaniers sur ces produits afin de renforcer le budget de l'Etat et réduire le déficit commercial. Une loi tarifaire est ainsi en cours d'élaboration pour être soumise au Conseil des ministres.

En outre, il a été convenu que la présidence du gouvernement supervise le planning général des importations des établissements et institutions publics durant le reste de l'année en cours afin de rationaliser les dépenses.

Il a été décidé également de baisser les quotas pour les concessionnaires automobiles au titre de l'année 2017, tout en fournissant l'appui aux fabricants de voitures pour leurs projets d'investissement ou de coopération industriel avec les fabricants des pièces automobiles en Tunisie.

Il s'agit aussi de renforcer le contrôle à l'export par l'obligation de présenter une déclaration douanière afin d'éviter la manipulation au niveau des prix déclarés. Le contrôle technique sur les importations sera renforcé ainsi que la révision de la liste des produits soumis au contrôle technique à l'import et à l'export.

Le ministre a par ailleurs affirmé que la coordination entre la Banque centrale de Tunisie et les institutions de crédit sera renforcée, en ce qui concerne les crédits à la consommation, destinés à l'importation des produits de consommation non essentiels.

De même, il sera procédé à l'actualisation de la liste des entreprises et des structures publiques et aussi des entreprises privées résidentes, qui procèdent à de grandes importations, afin d'avoir leur planning d'importation à l'avance pour améliorer les prévisions des paiements par devises et la moyenne de la réserve de change.

Révision des conventions

En ce qui concerne l'origine de ces importations, M. Laâdhari a précisé que 66% sont originaires de pays et de groupements économiques avec lesquels la Tunisie a signé des conventions bilatérales et internationales.

Il s'agit actuellement de réviser ces conventions pour qu'elles profitent bien à l'économie nationale et pallier le déficit commercial avec certains pays, à l'instar de la Turquie, qui a provoqué une polémique au sein de l'opinion publique ces derniers mois.

A ce niveau, le ministre a indiqué qu'il s'agit de veiller à réactiver les mesures protectionnistes suivant ce que stipule la convention signée entre les deux pays, dans le cadre du Conseil de partenariat qui sera tenu les semaines prochaines afin de pallier le déficit commercial.

Il s'agit également de demander l'assistance technique pour l'accès des produits tunisiens au marché turc et l'exemption des tarifs douaniers pour de nouveaux produits. Ajoutons à cela l'ouverture d'une ligne de financement turque afin de réduire la pression sur les réserves en devises.

Pour la Chine, l'objectif est d'œuvrer à booster l'investisssement industriel chinois dans les secteurs productifs, ouvrir une ligne de financement pour l'investissement et le commerce extérieur et l'assistance technique pour l'accès au marché chinois et le développement des exportations tunisiennes vers la Chine.

Le ministre a indiqué que des consultations ont démarré avec l'Union européenne pour étudier les possiblités de réduire le déficit commercial, dans le cadre d'un conseil de partenariat tenu la semaine dernière et pour renforcer l'assistance technique et financière pour certains secteurs afin d'améliorer leur compétitivité, à l'instar de l'agriculture, des industries agroalimentaires et du textile-habillement.

De même, le gouvernement tunisien a demandé l'introduction de nouveaux produits sur la liste des produits exempts de tarifs douaniers à l'entrée de l'Union européenne.

Des mesures exceptionnelles pour booster l'export

- La mise en œuvre de programmes spéciaux pour le développement industriel dans les secteurs où les importations sont importantes.

- L'approbation de la stratégie proposée pour booster l'export et la création d'un programme spécial pour son application.

- Le renforcement de l'orientation vers l'ouverture de nouvelles lignes maritimes et aériennes vers des marchés prometteurs pour l'export.

- La révision du cadre législatif relatif au commerce de distribution et au commerce extérieur afin de promulguer un ensemble de mesures organisant les opérations d'importation pour les acteurs économiques.

- La visite de six pays africains en tête de délégations d'hommes d'affaires.

- La décision d'ouvrir des représentations commerciales dans cinq pays africains.

- L'avancement des négociations concernant l'adhésion de la Tunisie au Marché commun de l'Afrique orientale et australe (Comesa). Le ministère du Commerce et de l'Industrie a finalisé le dossier d'adhésion afin de le présenter au Conseil ministériel restreint.

- L'avancement des consultations concernant l'adhésion de la Tunisie à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) en tant que membre observateur.

- La préparation pour l'organisation du premier Congrès africain des affaires durant le quatrième trimestre 2017.

Tunisie

Ils écrivent l'histoire à l'envers

C'est difficile de l'admettre, mais on réalise de plus en plus que le football au Club Africain est entré… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.