16 Mai 2017

Ile Maurice: Post-BAI - PwC attend toujours ses Rs 54 millions

PwC a-t-elle reçu les Rs 54 millions qu'elle réclame pour ses frais, dans l'affaire BAI ? Oui, selon Navin Ramgoolam. Non, selon Sudhir Sesungkur. Ce dernier voit ses dires confirmés par l'administrateur spécial actuel, BDO.

«Ti dimounn zot pa pé kapav péyé (... ) Zot inn pey plizir dimounn par milion. La résaman, inn pey PricewaterhouseCoopers (PwC). Sesungkur, ki minis, inn travay 12-zan PwC. Inn apel dé bann direkter dan biro ek lerla inn pey zot Rs 54 milion.» C'est ce qu'a déclaré l'ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, après sa visite aux grévistes du Super Cash Back Gold et de Bramer Asset Management au jardin de la Compagnie vendredi, en début de soirée. Qu'en est-il véritablement ? Il ressort que BDO, l'administrateur spécial de la British American Investment (BAI), avance que tel ne serait pas le cas et que le feu vert de la Financial Services Commission (FSC) doit être obtenu au préalable, avant que la firme d'experters- comptables puisse être payée.

Pour clarifier tout cela, nous avons aussi sollicité le ministre de la Bonne gouvernance et des Services financiers, Sudhir Sesungkur. Pour lui demander s'il a vraiment reçu deux directeurs de PwC à son bureau pour les payer ? Le ministre confirme que des représentants de PwC sont venus effectivement le voir à son bureau. «Ce sont eux qui ont sollicité une rencontre avec moi, lors de ma prise de fonction (NdlR, il a prêté serment le 24 janvier). Ou pansé mo mank travay pou apel bannla mwa ?», devait-il lancer.

Il ajoute qu'il y a eu une seconde rencontre récemment pour essayer de trouver une solution en ce qui concerne les réclamations de PwC. «À ce jour, aucune solution n'a encore été trouvée en ce qui concerne une seconde réclamation de PwC se chiffrant à quelque Rs 40 millions. De ce que je sais, un premier montant leur a été payé en 2015, avant que je ne devienne ministre», précise Sudhir Sesungkur.

Emboîtant le pas au chef du gouvernement, Pravind Jugnauth, le ministre n'a pas manqué au passage d'égratigner son prédécesseur, Roshi Bhadain : «C'est lui qui a mal négocié. Avant d'engager un professionnel, il faut tomber d'accord sur les conditions et les paramètres», dit-il. Par ailleurs, Sudhir Sesungkur ne cache pas le fait d'avoir effectivement exercé 12 ans chez PwC.

La porte-parole de la firme d'experts-comptables a, pour sa part, déclaré qu'elle ne fera aucun commentaire à ce sujet. Du côté de BDO, cabinet que dirige Yacoob Ramtoola, administrateur spécial de la BAI et de ses entités, l'on affirme que le montant dû à PwC n'a toujours pas été réglé. «On attend le feu vert de la FSC pour pouvoir effectuer le paiement. Pour retirer de l'argent de la caisse, on a besoin de cette autorisation», indique-t-on. Ici, on parle d'un montant de Rs 54 millions, TVA incluse, en ce qui concerne les réclamations de la firme d'expertise comptable.

À l'Assemblée nationale, en avril 2016, Roshi Bhadain, alors ministre, avait déclaré que le tandem Mushtaq Oosman-Rajeev Basgeet, de PwC, avait réclamé Rs 88,2 millions pour ses services, mais que la FSC n'avait autorisé qu'un paiement de Rs 27,6 millions uniquement. Et que les représentants de PwC avaient également réclamé Rs 51,3 millions pour les frais légaux de Benoît Chambers, mais que seules Rs 9 millions ont été décaissées.

Ce qui fait un total de Rs 36,6 millions déjà décaissé pour des réclamations de Rs 136,9 millions. Pour rappel, Sattar Hajee Abdoula, administrateur nommé par les anciens directeurs du défunt groupe BAI avant la nomination des administrateurs spéciaux de PwC, a récemment perçu Rs 26,2 millions pour 18 jours de travail, du 12 au 30 avril 2015.

Ile Maurice

Ministère de la Pêche - Le nouveau bâtiment du MOI inauguré le 8 juin

Aux alentours de Rs 170 millions. C'est ce qu'a coûté le nouveau Mauritius Oceanography Institute (MOI)… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.