16 Mai 2017

Burkina Faso: Le prix du coton graine passe de 235 à 245 F CFA

La direction générale de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), a tenu, le lundi 15 mai 2015, un forum-bilan de la campagne cotonnière 2016-2017 avec les producteurs de la commune rurale de Silly, province de la Sissili, dans ladite localité et annoncé la hausse du prix du kilogramme du coton graine de 235 à 245 F CFA pour la campagne 2017-2018.

Après l'abandon du Coton génétiquement modifié (CGM) l'an dernier, les cotonculteurs burkinabè s'apprêtent à emblaver pour la deuxième fois le coton conventionnel. Comme à l'accoutumée, la direction générale de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX), avant chaque début de campagne fait la ronde pour échanger avec les producteurs. C'est dans cette dynamique que le directeur général de la SOFITEX, Wilfried Aimé Yaméogo, a rencontré, le lundi 15 mai dernier, les cotonculteurs de Silly dans la province de la Sissili afin de leur donner des conseils et des informations utiles. Ainsi M. Yaméogo a fait savoir aux producteurs que le prix d'achat du coton graine est passé de 235F à 245 F CFA le kilogramme.

Les prix des intrants fertilisants (engrais NPK et Urée), insecticides et de la semence, eux, sont restés statiques 15 000 F CFA pour les fertilisants et 3 800 F CFA pour les insecticides). Il a également informé les acteurs sur la nécessité de semer et de récolter tôt. Mieux, afin de motiver davantage les cotonculteurs, le directeur général de la SOFITEX a annoncé le lancement du concours de la meilleure Société coopérative simplifiée (SCOOP-PC) et du meilleur producteur ainsi que l'organisation de la 3e édition de la nuit du coton pour magnifier le mérite des producteurs. Lors du forum, le premier responsable de la SOFITEX a indiqué que dans la zone cotonnière de la société, le rendement de la campagne écoulée a connu une hausse de plus de 16%, malgré les aléas climatiques.

« C'est bon, mais ce n'est pas arrivé »

L'occasion donc pour M. Yaméogo de féliciter les producteurs et de les encourager à redoubler d'efforts dans la production du coton. « Cette campagne sera celle du coton conventionnel par excellence. La SOFITEX va apporter l'appui-conseil nécessaire aux producteurs pour relever le défi. A cœur vaillant, rien d'impossible. Et nous devons croire en nos capacités d'améliorer la rentabilité de la production cotonnière en améliorant la productivité", a dit Wilfried Yaméogo. A cet effet, il leur a prodigué des conseils que le président de l'Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB), Bambou Bihoun, a appréciés et démandé à ses pairs de suivre. Si les producteurs se sont réjouis des efforts faits par l'Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) pour revoir à la hausse le prix du coton, ils ont toutefois émis le vœu de voir le prix du kilogramme du coton atteindre la barre de 250 F CFA.

"L'augmentation faite est bonne, mais ce n'est pas suffisant pour nous", a dit le producteur Jean Bénao de Silly. Par ailleurs les producteurs ont souhaité l'enlèvement rapide du coton, et le paiement à temps de l'argent du coton. D'autres ont également demandé l'ouverture d'un magasin de stockage tampon de la semence à Silly afin de rapprocher les graines des producteurs. Ils ont aussi sollicité l'appui technique dans le traitement du coton. Sur le plan national, l'objectif de la filière coton est de parvenir à produire 800 mille tonnes de coton afin de hisser le pays à la première place en Afrique. Dans la zone SOFITEX, les acteurs se disent confiants pour réaliser leur part de production qui s'élève à 650 mille tonnes.

Burkina Faso

Visite d'Emmanuel Macron à Ouagadougou

La Coalition contre la vie chère (CCVC), section Kadiogo, n'a pas été tendre à… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.