16 Mai 2017

Burkina Faso: Lutte contre le banditisme et le terrorisme

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d'appui au renforcement de la sécurité intérieure (PARSIB) de l'Union européenne, le ministre de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré, a reçu, le mardi 16 mai 2017 à Ouagadougou, une dotation de quatre véhicules d'intervention.

Pour le début de l'opérationnalisation des Brigades anti-banditisme et terroristes (ABT), l'Union européenne a remis officiellement quatre véhicules d'intervention au ministre d'Etat, ministre de la Sécurité intérieure, Simon Compaoré. La cérémonie de remise a aussi marqué la fin de formation de 48 premiers éléments des Brigades non-spécialistes d'intervention anti banditisme et terrorisme. D'une valeur de 150 mille euros (environ 100 millions de F CFA), ce don constitue la première étape du renforcement des capacités opérationnelles des ABT et devrait permettre de faciliter leurs interventions dans la ville de Ouagadougou et dans les villages environnants.

Le représentant du chef de la délégation de l'Union européenne, Thierry Barby a, en effet, annoncé que des équipements individuels et collectifs seront remis dans les prochaines semaines au Centre unifié de gestion de crise, organe de coordination des ABT. « Nous sommes conscients des défis énormes, notamment en termes de mobilité, auxquels sont confrontées les Forces de sécurité intérieure », a déclaré M. Barby avant de remettre les clefs des véhicules au ministre de la Sécurité intérieure. Il espère que cet appui répond à « ce besoin urgent » de mobilité en insistant sur la formation des hommes, gage, selon lui, d'une meilleure qualité des interventions tenant compte des réalités du moment.

Objectif : 10 mn pour intervenir

Le représentant de la délégation de l'Union européenne a aussi souligné que le « Burkina Faso a besoin de forces de sécurité intérieure performantes et motivées au service des populations pour faire face aux défis sécuritaires », d'où l'engagement de l'UE de soutenir les efforts du pays à travers le PARSIB. Le don de véhicules constitue, aux yeux de Simon Compaoré, un élément clé de l'efficacité de l'intervention, car il est reproché aux forces de sécurité, un délai d'intervention trop long. Au regard de cette faiblesse préjudiciable en cas d'attaque terroriste, le ministre de la Sécurité intérieure a fixé un ambitieux objectif à atteindre en matière d'intervention : 10 minutes pour les ABT et 30 minutes pour les unités spécialisées. Simon Compaoré est revenu à son tour sur la qualité de la formation, un autre axe de la coopération avec l'Europe.

Il a prodigué des conseils aux 48 premiers éléments des ABT afin qu'ils soient opérationnels. « Vous n'êtes pas seulement une force d'intervention, mais avant tout une communauté d'hommes unis par le même esprit de service et animés par le même sens du devoir... Vous devez partager surtout un même esprit : celui de l'exigence professionnelle, de l'abnégation incessante et de la solidarité en toutes circonstances », leur a-t-il conseillé. Le ministre d'Etat a traduit les remerciements du gouvernement à l'endroit de la délégation de l'UE et à la coopération technique belge pour avoir répondu aux attentes du pays dans le domaine de la lutte contre le banditisme et le terrorisme par l'opérationnalisation des ABT. M. Compaoré a plaidé pour le renouvellement du PARSIB qui s'achève théoriquement dans 18 mois. Ce, au regard « de la bonne conduite » du programme sur le terrain.

Burkina Faso

Crash du vol AH 5017 - Trois ans après, les familles des victimes toujours dans la douleur et la colère

Cette mise en examen est le premier acte de l'instruction judiciaire qui avait été ouverte en France le 29… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.