17 Mai 2017

Afrique: Gazoduc Maroc-Nigéria - "Un projet gigantesque qui va rendre compétitifs nos Etats"

L'ambassadeur du Sénégal au Maroc, Amadou Sow a soutenu, mercredi à Rabat (Maroc), que la construction d'un gazoduc reliant le Maroc et le Nigéria est un projet "gigantesque" dont la mise en œuvre va permettre aux économies des Etats concernés d'être plus compétitives sur le plan mondial.

"Sa majesté a eu cette idée lumineuse de créer un lien ombilical très fort entre le Maroc et les pays de l'Afrique de l'Ouest. C'est un projet gigantesque, qu'il faut absolument mettre en œuvre", a-t-il dit dans un entretien avec l'APS.

Le Royaume chérifien et la République fédérale du Nigéria ont signé, lundi dernier, un accord pour la construction d'un gazoduc reliant le Maroc et le Nigéria et qui va traverser tous les pays de l'Afrique de l'Ouest.

"Beaucoup n'y croyait pas lorsque la décision a été prise le 2 décembre dernier. Mais quand sa majesté lance une idée, elle est immédiatement mise en œuvre. Ses services techniques ont travaillé avec les nigérians pour créer quelque chose de concret", a-t-il dit.

Le diplomatique Sénégalais a soutenu que la mise en œuvre de ce projet "commence véritablement" avec cette signature, soulignant toutefois que "ce pipeline ne verra pas le jour demain, mais dans plusieurs dizaines d'années".

M. Sow a expliqué que "les pays concernés vont bénéficier de ce projet gazier, puisqu'ils pourront se connecter sur le pipeline, y prendre du gaz ou bien y mettre leur gaz. Et ce gazoduc une fois arrivé au Maroc va traverser la méditerranée pour aller en Europe".

Ce qui va permettre, a-t-il poursuivi, "au Sénégal et à la Mauritanie d'y mettre leur gaz et à la Guinée qui n'en a pas d'en puiser".

"Et cela va permettre de développer l'électrification, ce qui va rendre nos économies plus compétitives au plan mondial. Ce qui plombe notre compétitivité au niveau de la CEDEAO, c'est le coût de l'électricité", a-t-il fait remarquer.

L'ambassadeur du Sénégal au Maroc a rappelé que "ce projet va coûter très cher, mais il est déjà porté par un certain nombre de bailleurs de fonds dont les pays arabes qui sont prêts à l'appuyer de même que la Banque africaine de développement".

"Maintenant il reste à négocier avec les autres Etats qui vont être traversés par ce pipeline. Est ce qu'il y aura des réticences des Etats, il faut y aller et convaincre chaque Etat de la nécessité de ce projet", a-t-il dit.

Le diplomate a, cependant, que "si le Maroc intègre la CEDEAO, sa présence dans l'union pourra servir de catalyseur à la mise en œuvre de ce projet et ce sera tout bénéfique pour tous les pays concernés".

Maroc

C'est parti pour la 8ème édition des Jeux de la Francophonie

A la veille de l'ouverture officielle de la 8è édition des Jeux de la Francophonie, la métropole… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.