17 Mai 2017

Congo-Kinshasa: Investiture de Tshibala à l'AN - Les Députés du Rassop dénoncent une forfaiture !

Cinq raisons justifient leur position. Et, à l'occasion de la plénière d'investiture de l'homme aux lunettes noires et toute son équipe, ils ont manifesté leur désapprobation pour les crier haut et fort.

D'abord, par une motion, puis des sifflements des Vuvuzelas et, enfin, par un message dument coulé dans un document remis à la presse. Dans ce dernier, avec clarté, le tout nouveau regroupement parlementaire d'élus appartenant au Rassemblement/Limete dévoile des poignants arguments qui motivent le désaveu de ce qui s'est passé le mardi 16 mai 2017 à l'Assemblée Nationale.

Primo, avance ce groupe, Bruno Tshibala a été nommé en violation de la lettre et de l'esprit de l'Accord du 31 décembre 2016.

Secundo, l'arrangement particulier n'a toujours pas été signé. Tertio, cette investiture aggrave la crise au lieu de la régler. Quarto, l'actuel chef du Gouvernement est contesté de toute part.

Quinto, la désignation de Bruno Tshibala "en violation de l'Accord de la Saint Sylvestre " éloigne le pays de la perspective de l'organisation des élections en 2017. Voilà, in globo, les grandes lignes.

Un enfantement douloureux. C'est sans nul doute ce qu'aura été le processus d'investiture du successeur de Samy Badibanga à la Primature. De tout bleu vêtu, accompagné des 58 membres de son Gouvernement, Bruno Tshibala et les siens semblaient plutôt confiant surement que le rapport des forces, en terme numérique, à l'Assemblée Nationale, entre Députés de l'Opposition, divisée de surcroit, face à ceux de la Majorité Présidentielle. Pourtant, malgré ce fait, rien alors rien n'a été simple.

Même loin de Limete, bastion de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social -Udps- et, aussi, du Rassemblement, le Palais du Peuple a été atteint par le coup de colère de ces derniers. Le ton de la gronde a commencé par être donné par la motion incidentielle lancée par le Député Koko Mulongo.

Puis, en subodorant l'application de la loi de la majorité au sein de l'hémicycle, pour défaire ladite motion, les élus membres du regroupement des Députés du Rassemblement vont donc piquer une sainte colère en manifestant par les moyens pacifiques, en sifflant les Vuvuzelas, jusqu'à quitter la plénière. Il faut dire que suite à cela, la RTNC a interrompu la diffusion en direct de la plénière pendant ce laps de temps.

Argumentaires

La nomination de Bruno Tshibala a violé l'Accord parce que d'après le compromis de la Saint Sylvestre, le Premier Ministre devait sortir du Rassemblement et l'entente interne au sein de cette plateforme indiquait que le candidat à nommer devait être présenté par l'Udps.

Or, Tshibala Bruno a été exclu de ce parti chose qui a entrainé, de fait, son exclusion du Rassop. Ce sont là une série d'arguments présentés par les élus du Rassemblement. Par ailleurs, Tshibala ne requière pas le consensus de toute la classe politique.

D'où, ne devait-il pas être nommé. En sus, sa nomination vient aggraver la crise politique parce que consacrant la mise à mal du consensus trouvé au Centre Interdiocésain qui par définition avait le but de régler, justement, l'impasse politique au pays.

Dans ce contexte, martèle ces élus, le règne de Bruno Tshibala à la Primature ne pourra pas conduire le Congo-Kinshasa aux élections en 2017.

"La désignation d'un Premier Ministre présenté par le Rassemblement selon l'Accord était une garantie pour la tenue des élections dans le délai fixé par l'Accord, c'est-à-dire en décembre 2017 ", signale le regroupement des Députés du Rassemblement. Qui, avec force, appelle le peuple à la vigilance.

Congo-Kinshasa

Goma - Les 4 artistes arrêtés sommés de payer 50 USD chacun

Les quatre artistes plasticiens en détention depuis la semaine passée dans la prison de Munzenze à… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.