17 Mai 2017

Burundi: 2020, ça nous hante

billet

La blogueuse Dassy Gacuti est une jeune activiste burundaise. Après avoir assisté en 2015 à l'échec d'une « révolution » en laquelle elle avait cru, elle revient avec un appel vibrant adressé à la jeunesse burundaise : s'unir pour faire entendre leur voix, ou périr comme des « idiots ».

La plupart des adolescents de 2015 auront le droit de vote en 2020. Mais quelle décision prendront-ils après avoir assisté au massacre et aux emprisonnements injustes de leurs aînés cinq ans plus tôt ? Eux seuls peuvent y répondre.

Certains de ces mêmes jeunes se sont vus attribuer le pouvoir de massacrer leurs camarades-aujourd'hui terrifiés par l'idée de se retrouver derrière les barreaux s'ils osent s'exprimer librement-juste parce qu'ils n'ont pas les mêmes idéologies politiques.

L'avenir est aujourd'hui plus flou qu'il ne l'a été dans le passé. L'état du pays est pitoyable. Deux ans viennent de passer après l'annonce de la candidature de Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat, visiblement source de tous les maux.

Le quatrième serait en vue. L'opposition semble s'être recroquevillée sur elle-même, devenue inaudible, ne projetant qu'une ombre fantomatique sur le paysage politique burundais.

La plupart des jeunes, comme moi, ne savent plus vers où nous acheminent ceux qui tiennent les rênes du pays. Mais 2020 arrive. Si l'on ne vote pas, on aura failli à notre devoir de citoyen.

Si on vote, on aura encore une fois approuvé la légitimité d'un pouvoir qui a assassiné, emprisonné, enlevé, torturé nos frères. Car, sachez-le : « En Afrique, on n'organise pas une élection si on n'est pas sûr de la gagner », dit-on souvent. Les exceptions étant là juste pour confirmer la règle.

Que faire ?

Je ne voudrais pas que nous, jeunes, nous laissions faire. Nous pouvons tout aussi faire et défaire, construire ou détruire. Tout le monde, opposition comme pouvoir, compte sur nous pour se maintenir au pouvoir ou se hisser au sommet.

Prenons conscience de notre force ! Avant d'être Imbonerakure ou Sindumuja, on est d'abord jeune. Au moment où ceux qui nous sollicitent marchent vers le crépuscule de leur vie, nous avons de nombreuses années devant nous.

C'est maintenant qu'on doit décider à quoi va ressembler notre avenir. Il est entre nos mains. Il faut juste en être conscient.

Burundi

Nouveau round du dialogue de sortie de crise annoncé comme décisif

Vers une relance d'un dialogue inter-burundais en crise depuis plus d'une année. L'équipe du facilitateur… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.