17 Mai 2017

Afrique: Microsoft conclut un partenariat avec l'ONU pour appuyer son action en matière de droits de l'homme

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a annoncé mardi la signature d'un partenariat de cinq ans avec la société d'informatique Microsoft.

Selon un communiqué de presse publié par les deux organisations, l'accord prévoit l'octroi, par Microsoft, d'une subvention à hauteur de cinq millions de dollars en vue d'appuyer l'action du HCDH. Jamais encore un tel soutien n'avait été accordé par une entreprise du secteur privé.

Le partenariat entend notamment mettre l'accent sur le développement et l'utilisation des technologies de pointe conçues pour mieux prévoir, analyser et répondre aux situations graves concernant les droits de l'homme, et qui semblent aujourd'hui non seulement proliférer en de nombreux points du globe - y compris dans des régions auparavant considérées comme stables - mais aussi de plus en plus complexes.

Le nouveau partenariat s'appuie sur une relation de longue date entre le HCDH et Microsoft, reposant sur deux idées partagées. Premièrement, un engagement à faire en sorte que la technologie joue un rôle positif en aidant à promouvoir et protéger les droits de l'homme. Deuxièmement, la reconnaissance de la nécessité, pour le secteur privé, de contribuer davantage à faire avancer la cause des droits de l'homme dans le monde.

« En tant que société internationale consciente des problèmes mondiaux, nous pensons qu'il est de notre responsabilité de contribuer à leur résolution », a déclaré le Président de Microsoft, Brad Smith.

« Il existe ici des possibilités inexploitées d'utiliser la puissance des technologies pour recueillir des données, les analyser, et ainsi donner à l'Organisation des Nations Unies les moyens de promouvoir les droits de l'homme aux quatre coins du globe ».

Les technologies au service des droits de l'homme

Bien que contribuant parfois aux problèmes liés aux droits de l'homme, les technologies doivent aussi jouer un rôle important dans la lutte contre les abus.

La subvention de Microsoft entend contribuer à l'établissement de technologies dont l'incidence soit ici positive, par exemple à travers la création et le déploiement de nouvelles solutions technologiques spécialement conçues pour faire progresser la mission du HCDH et pour protéger les droits de l'homme.

Citons l'exemple de Rights View - un «tableau de bord» qui permettra au personnel des Nations Unies chargé des questions des droits de l'homme de regrouper d'importants volumes de données internes et externes sur des pays spécifiques et certains types de violations des droits en temps réel.

Il contribuera à faciliter l'analyse, à assurer une mise en garde précoce sur les nouvelles questions préoccupantes et à fournir des données utiles pour orienter les réponses.

Basé sur l'informatique en nuage (cloud computing) et l'analyse de mégadonnées (big data), cet outil n'est qu'un exemple parmi d'autres du potentiel de la technologie comme force motrice au service du bien.

Les entreprises et les droits de l'homme

Microsoft entend également travailler aux côtés du HCDH afin de sensibiliser quant au rôle que les entreprises peuvent et doivent jouer en vue de favoriser le respect des droits de l'homme et afin de promouvoir un comportement plus responsable des entreprises dans le monde entier.

Microsoft travaillera en étroite collaboration avec le Haut-Commissariat pour aider à promouvoir l'adoption et la mise en œuvre à grande échelle des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme. Ces derniers établissent une norme mondiale pour prévenir et prendre en compte le risque d'incidence négative sur les droits de l'homme lié aux activités des entreprises.

En outre, Microsoft s'engage à soutenir le plaidoyer en faveur des droits de l'homme et les campagnes de sensibilisation, à travers un appui concret aux travaux du Haut-Commissariat dans des domaines essentiels tels que la liberté d'expression, la protection des données et de la vie privée, ainsi que l'inclusion.

Il s'agit notamment du soutien direct au développement et à la promotion de principes d'entreprise aux fins de la lutte contre la discrimination des personnes LGBTI sur le lieu de travail, dans la droite ligne des normes internationales relatives aux droits de l'homme.

« Cet accord pourrait marquer un véritable tournant », a déclaré le Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al Hussein.

« Nous vivons dans un monde en évolution permanente, où la technologie peut être utilisée pour résoudre les problèmes en rapport avec les droits de l'homme, mais où elle peut aussi être détournée pour porter atteinte à ces droits.

Selon la même logique, certaines entreprises pourront transgresser les droits des individus, quand d'autres se positionneront comme une force progressiste de premier plan dans ce domaine ».

Pour le Haut-Commissaire, le secteur privé a un rôle essentiel à jouer pour faire progresser la cause des droits de l'homme, « et ce partenariat avec Microsoft prouve que nous pouvons collaborer de manière constructive ».

« J'espère que nous pourrons aller bien plus loin encore à l'avenir: que cette démarche stimulera une vaste dynamique du secteur privé axée sur la défense des droits de l'homme. Nul doute qu'un soutien accru des grandes entreprises dans le secteur de la technologie et d'autres domaines pourra influencer le cours des choses de façon décisive », a déclaré M. Zeid.

Afrique

Mondial 2018 - La FIFA dévoile un classement crucial pour les pays africains

La Tunisie est la nation africaine la mieux placée (28e) d'un Classement FIFA décisif, devant l'Egypte… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.