17 Mai 2017

Sénégal: Simulation d'attaque terroriste - Un scénario catastrophe mis en scène au Terrou Bi

Une simulation d'attaque terroriste a eu lieu dans la matinée d'hier, mardi 16 mai à l'hôtel Terrou bi. Très tôt le matin, la police, l'armée, la gendarmerie, des médecins et des sapeurs-pompiers ont pris d'assaut l'hôtel. Le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, Abdoulaye Daouda Diallo a d'ailleurs salué cet exercice qui devra permettra de démontrer leurs forces en cas d'éventuelles attaques terroristes.

«Mieux vaut prévenir que guérir », dit l'adage. Le Sénégal serait à fond dans cette citation pour vaincre le terrorisme au vu des nombreuses attaques dans la sous-région. C'est ce qui justifie le scénario catastrophe mis en scène hier, mardi 16 mai à l'hôtel Terrou bi. En effet vers 9 heures, la police, l'armée, la gendarmerie, des médecins et des sapeurs-pompiers ont frappé Terrou Bi. Une détonation, des cris, des hommes hurlant, ils sèment la terreur et les premières victimes s'effondrent. Mais plus de peur que de mal, car ce n'était qu'une simulation d'attentat de grande nature dans un lieu fréquenté pour tester l'efficacité des éléments d'intervention en cas d'attentat terroriste.

Selon le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo qui était sur place, « par moment, il y'a des effets de surprise et donc ils ont essayé de se rapprocher le plus possible de la réalité ». Mieux, dit encore le ministre, le « but n'est pas d'ameuter les gens mais de nous préparer à cette éventualité ». Même si le Sénégal n'a pas encore fait l'objet d'attaques terroristes comme la Côte d'Ivoire ou le Mali, il est important de se prévenir. «Nous ne souhaitons pas que ça arrive mais si ça devrait arriver au Sénégal que nos forces de défenses et de sécurité puissent être prêtes pour faire face à cette situation », a déclaré le ministre.

A l'égard de la simulation, un agent de l'hôtel Terrou bi sous couvert de l'anonymat embouche la même trompette que le ministre. Lui aussi se félicite de l'acte posé car, dit-il, « le terrorisme est un risque international, dans la mesure où l'Afrique de l'Ouest est ciblée, il appartient aux autorités de prendre des mesures ».

Pour le choix de Terrou Bi pour cette grande opération, il a fait savoir que « c'est parce que l'hôtel est assez accessible, tu quitte l'aéroport en passant par Terrou bi pour aller en ville ». Toutefois, il a tenu à préciser que l'opération n'a pas fait de dégâts puisque la plupart des agents était au courant. « On a fait en sorte de le faire à un moment où les clients ne sont pas là, j'ai même entendu un étranger résident à l'hôtel dire que l'acte est très professionnel », a déclaré l'agent de l'hôtel.

Trouvé au sein de l'hôtel, Fallou, taximan à son état n'avait pas du tout peur de la simulation. D'ailleurs, dit-il, « ce n'était pas grave car il y'a des forces de sécurité partout à l'hôtel et ce n'est pas une première à l'hôtel, donc on est habitué des faits ». Cependant, le chauffeur de taxi demande à ce que l'on cesse tout le temps de parler de terrorisme pour ne pas attirer l'attention des assaillants. Il faut noter que la simulation a fait rumeur jusqu'à l'international. Pour preuve, quelqu'un a même contacté la rédaction de Sud Quotidien pour dire qu'il a reçu une information faisant état d'une attaque terroriste au Sénégal. Il faut aussi relever que la simulation a créé des embouteillages à n'en plus finir aux abords de l'hôtel.

Cette simulation d'attaque terroriste va suivre son cours pour mieux s'exercer aux fins de faire face à une éventuelle attaque.

Sénégal

111.633 cartes d'identité distribuées sur 177. 862 reçues à Kaolack (préfet)

Quelques 111.633 cartes d'identité biométriques ont été distribuées sur les 177.862… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.