16 Mai 2017

Rwanda: Le pays, un modèle, mais pas sur tous les plans

Le Rwanda, malgré sa petite taille, réussit dans la gouvernance, la lutte contre la corruption, mais surtout l'adoption des nouvelles technologies, ce qui fait que beaucoup de pays en Afrique le considèrent comme un modèle à suivre. Mais attention, on ne le dit pas assez, le Rwanda c'est aussi, sur le plan politique, un autoritarisme, à... combattre.

« Voici un pays (le Rwanda) dont le modèle de développement devrait être importé vers d'autres pays africains si nous, en tant que continent, devons accélérer notre transformation« . Ces propos rapportés par le journal rwandais The New Times, sont ceux d'un délégué zambien qui participait au Transform Africa Summit qui se tenait à Kigali, début mai.

Les progrès du Rwanda ne sont plus un secret, tous ceux qui ont visité la capitale rwandaise Kigali ces dernières années ne tarissent pas d'éloges sur ce qu'ils ont vu dans ce petit pays d'Afrique de l'Est. Moi-même je l'ai visité en juin 2016 et je peux témoigner d'une chose : la propreté de Kigali, je ne l'ai vu dans aucun des 5 autres pays africains que j'ai eu l'occasion de visiter.

Le Rwanda est une référence pour les autres pays africains dans la mesure où, sous le leadership du président Paul Kagame, il a décidé de mettre les technologies les plus avancées (Internet, drones... ) au cœur de ses priorités. D'après le journal Jeune Afrique, 95% de la population rwandaise est « couverte par l'internet mobile haut débit ». « La superficie du Rwanda étant de 26 338 km², il n'est pas trop cher de la paver avec du très haut débit », m'a répondu un spécialiste sur facebook. N'empêche ! Tous les « petits pays » d'Afrique n'ont pas la quasi-totalité de leur territoire couverte par l'internet à haut débit.

Certains diront que ça ne sert à rien, qu'Internet ne sert qu'à « aimer » les photos des jolies filles sur les réseaux sociaux. Mais voilà ce que le magnat zimbabwéens des télécommunications Strive Masiyiwa en dit sur sa très populaire page Facebook :

« Pensez toujours à Internet comme à « l'immobilier », parce que c'est ce qu'il est. Vous pouvez y construire presque n'importe quoi, des maisons, des magasins, des entreprises, des centres commerciaux, et même des villes ! Avant de vous inquiéter de l'achat d'une parcelle à Accra, demandez-vous ce que vous avez sur Internet à part votre « adresse » email (résidentielle) ».

Et il ajoute :

« Tout entrepreneur africain (y compris les entrepreneurs sociaux) doivent avoir un site Web. J'insiste absolument sur cela. Si vous ne pouvez pas en créer un pour votre entreprise, vendez vos chaussures! (L'Afrique a le plus petit nombre d'entreprises avec des sites Web dans le monde. Nous devons changer cela) ».

Ici il ne parle pas seulement des grandes entreprises. Même un petit couturier ou producteur de tomates d'une province reculée de la République du Congo devrait avoir un site internet ou d'une page Facebook où il peut parler de ses services ou produits à ses clients. C'est en ayant un tel idéal en tête que les gouvernements des pays africains devraient permettre à la totalité de leur population d'accéder facilement à Internet et à d'autres technologies, à l'instar du Rwanda.

Mais avoir une couverture à haut débit est une chose, pouvoir s'en servir en est une autre. C'est pourquoi la technologie doit aller de paire avec l'éducation : chaque pays africains doit faire à ce que dans 30 ans, la quasi-totalité de sa population soit capable de lire et écrire.

Ce qu'il ne faut absolument pas copier sur le Rwanda

Mais le Rwanda reste un pays autoritaire. Seul un seul parti d'opposition est agréé au Rwanda, alors que beaucoup d'opposants sont en prison ou ont été obligés de quitter le pays. La principale opposante de Paul Kagame, Victoire Ingabire, est en prison depuis 2010, et les autorités ont refusé d'agréer son parti. Les medias ne travaillent pas librement, et beaucoup de journalistes obligés d'aller en exil, d'autres assassinés (voir ici et ici). Un amendement de la Constitution taillé sur mesure a été adopté pour permettre au président Kagame de rester au pouvoir le plus longtemps possible. C'est le coté sombre du Rwanda qui fait que son développement reste partiale et partielle. Le respect des libertés politiques et des droits humains, qui fait beaucoup défaut au Rwanda, est une partie intégrante du développement.

Le fait que le Rwanda réussisse dans certains domaines ne signifie pas que son autoritarisme soit aussi à copier. Beaucoup d'Africains font l'erreur de conclure que c'est parce que le Rwanda est autoritaire qu'il réussit. Si c'était vrai, la majorité des pays africains, qui sont aussi des dictatures, seraient aussi des références comme le Rwanda, ce qui n'est absolument pas le cas.

L'autoritarisme reste un mal à combattre, au Rwanda et partout en Afrique.

Rwanda

Torture d'anciens rebelles FDLR - La MONUSCO répond à Human Rights Watch

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo, la Monusco, réagit au dernier rapport de… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.