18 Mai 2017

Mali: L'ONU annonce le déploiement prochain d'une force d'intervention rapide

En visite au Mali depuis sa prise de fonctions, le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Jean-Pierre Lacroix, a annoncé le mercredi 16 mai, qu'une force d'intervention rapide composée de Casques bleus sénégalais sera déployée prochainement dans le centre du pays, où se sont multipliées depuis 2015 attaques et violences intercommunautaires

« Nous attendons le déploiement prochain dans le centre du Mali, par le Sénégal, d'une force d'intervention rapide pour faire face à la situation d'insécurité », a déclaré à la presse le chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU. Au regard de la situation sécuritaire, la mission des Nations unies au Mali (Minusma) a un mandat « robuste, mais il y a, malgré les efforts, un manque de capacités », a-t-il ajouté.

Le diplomate onusien a dit croire que ce problème va être résolu avec le déploiement annoncé de la force d'intervention rapide de l'ONU. « Nous avons bon espoir que, prochainement, un certain nombre de renforts arriveront, qui permettront de pallier ces manques », a-t-il déclaré.

Le Mali demeure instable depuis 2012, en proie à des attaques djihadistes et violences intercommunautaires. La partie nord du pays était tombée la même année sous la coupe d'organisations islamistes liées à Al-Qaïda à la faveur d'une rébellion touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

C'est grâce à une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement, que ces insurgés ont été chassés de cette région.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et onusiennes, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les djihadistes. Depuis lors, ces assauts se sont étendus au centre et au Sud du pays.

Pour Jean-Pierre Lacroix, « l'accord de paix est un processus qui évolue lentement, même s'il y a eu des progrès réalisés et qu'il faut encore encourager ».

Parmi ces progrès, il a cité la mise en place des autorités intérimaires dans le Nord et le début des patrouilles mixtes.

« Il y a des perspectives qui s'ouvrent » dans le cadre de cet accord, a indiqué le diplomate onusien, qui a eu des entretiens avec le président malien Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre Abdoulaya Maïga.

Mali

Après Tombouctou, la CPI «enquête sur d'autres crimes»

La procureure de la Cour pénale internationale était à Bamako pour une visite de deux jours, mardi… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.