18 Mai 2017

Sénégal: Querelles dans la mouvance presidentielle aux HLM - benno bokk yakaar au bord de la scission

La coalition présidentielle, Benno Bokk Yakaar (Bby) aux Hlm est au bord de la scission à la veille des législatives prévues le 30 juillet prochain. Deux tendances semblent se former au niveau de ladite commune avec d'un côté Bby coordonné par Alassane Sow de l'Alliance pour la République (Apr), de l'autre, le maire des Hlm, Khalifa Ababacar Seck de l'Alliance des forces de progrès (Afp).

Au moment où les pro-Alassane Sow, notamment le porte-parole Aliou Badara Diatta, tirent la sonnette d'alarme sur un éventuel vote sanction à cause de la position politique «ambigüe» du maire, tantôt membre de Bby, tantôt défenseur de Taxawu Dakar, le poulain de Moustapha Niasse réaffirme son ancrage dans Bby, non sans recadrer M. Diatta.

Ça sent vraiment le roussi dans le camp présidentiel, plus précisément au niveau de la commune des Hlm. Deux tendances rivales de Benno Bokk Yakaar (Bby) apparaissent dans cette collectivité en cette veille des élections législatives du 30 juillet prochain.

Joint au téléphone hier, mercredi 17 mai, par la rédaction de Sud quotidien, le porte-parole de Bby sous la houlette du coordonnateur Alassane Sow, à savoir Aliou Badara Diatta «tire la sonnette d'alarme». Il informe, ainsi, que les «populations des Hlm menacent de voter contre Bby, si jamais le maire Khalifa Ababacar Seck est avec Bby».

Sur les raisons d'un vote sanction que suivraient les populations de la commune, M. Diatta laisse entendre que ces dernières disent ne pas comprendre «la position ambigüe du maire des Hlm, qui est tantôt membre de Bby, tantôt membre de la coalition Taxawu Dakar».

S'expliquant, Aliou Badara Diatta rappelle qu'en 2014, Khalifa Ababacar Seck de l'Alliance des forces de progrès (Afp) a été investi sous la bannière de Taxawu Dakar de Khalifa Sall. Au moment du référendum, poursuit-il, le maire «a été le coordonateur de Bby aux Hlm».

Cependant, pour l'élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct), renchérit-il, le poulain du président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niasse, a rejoint le camp du maire de Dakar pour briguer un poste de Haut conseillé, contre la liste de Bby. Aujourd'hui, «comme les législatives approchent, il (le maire) veut revenir pour diriger la liste de Bby», déplore-t-il.

Pis, il accuse le magistrat de la commune, aidé par son collègue au niveau du Hcct, non moins militant à l'Apr, Djaraf Ndao, de vouloir créer un «Bby bis» aux Hlm. Même si, par ailleurs, le maire «progressiste» se réclame toujours membre de Bby, M. Diatta soutient mordicus qu'il a «démissionné de fait».

Plus précis, il trouve que juridiquement, on ne peut pas s'attaquer à un groupe dont on est membre, tout en continuant de réclamer son appartenance à ce même groupe attaqué.

Soupçonnant, en réalité le maire d'avoir quitté Khalifa Sall car «il est dans de sales draps», M. Diatta se demande «si Khalifa Sall a une bonne santé politique, est-ce qu'il (M. Seck) ne va pas retourner dans Taxawu ?». A l'en croire, les populations, y compris les commerçants du marché Hlm, «se sont dit s'il est dans Bby on votera contre. Parce que les gens ne sont pas contents de lui».

KHALIFA ABABACAR SECK RECADRE ALIOU BADARA DIATTA

Pour en savoir un peu plus, la rédaction de Sud quotidien a interpellé le mis en cause, en l'occurrence le maire Khalifa Ababacar Seck membre de l'Afp.

Joint au téléphone à son tour, l'édile des Hlm n'a pas changé d'un iota sur ses précédentes déclarations. Il soutient mordicus qu'il appartient à un parti politique, à savoir l'Afp, et qu'il suit fidèlement la ligne de conduite de son parti, notamment son ancrage dans Bby.

Donnant des précisions sur son compagnonnage avec Taxawu Dakar de Khalifa Sall et compagnie, le maire des Hlm explique que pour ce qui est des locales en 2014, l'Afp avait donné carte blanche aux gens de s'allier avec ceux avec qui ils peuvent aller ensemble.

Poursuivant, il rappelle que lors de l'élection des membres du Hcct, en 2016, «le chef de l'Etat, responsable de Bby, avait dit que les départements qui avaient été gagnés par des coalitions telles que Taxawu Dakar et celle de Baldé à Ziguinchor, qu'on les laisse choisir leurs candidats». Sur cette base, les militants du Ps et ceux de l'Afp membres de la coalition Taxawu Dakar se sont retrouvés ensemble, indique-t-il.

Toutefois le maire précise qu'il n'est pas «venu pour créer un autre Bby. Je ne suis pas venu pour bousculer n'importe qui». Qui plus est, renchérit-lui, «je ne suis candidat à aucune liste».

Mieux, il fait savoir d'ailleurs que la question des candidatures, ainsi que celle des responsabilités au sein de Bby n'est pas encore à l'ordre du jour.

Par conséquent, il demande «amicalement» à Aliou Badara Diatta de ne pas le mêler «aux problèmes politico politiciens». D'attaque, il accuse M. Diatta et compagnie de vouloir au contraire créer un autre Bby. Mais, il prévient tout de même que «ils ne me trouveront pas sur leur chemin».

Toutefois, le poulain de Niasse a recadré le porte-parole de Bby aux Hlm, lui faisant comprendre que ce n'est pas à lui de déterminer sa position politique, ni de dire si les populations lui ont désavoué.

«Si en 2019, les populations disent qu'elles n'ont pas confiance en moi, elles m'enlèveront», soutient-il, non sans informer qu'il est résolument concentré sur la mission qui lui a été confiée par les populations.

Sénégal

"Les enfants s'installent dans les médias" à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance

La Journée mondiale de l'enfance sera célébrée ce lundi à partir de 15 h, au Monument… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.