18 Mai 2017

Guinée: Alpha Condé va-t-il dépouiller l'UFDG de ses cadres ?

Depuis quelques temps, le principal parti de l'opposition guinéenne est en proie à une démobilisation profonde. En dépit du grand soutien qu'il continue de jouir au sein de la population, Cellou Dalein est en passe de perdre certains de ses influents proches au profit du RPG Arc-en-ciel au pouvoir.

Va-t-on assister à la mauvaise prédiction faite par Alpha Condé sur un déclin imminent de l'opposition en Guinée? Pour l'instant, certes, cette prédiction ne s'est pas réalisée dans le délai prévu, mais rien ne prouve que cela ne puisse pas être effectif. «Ce sont des élèves en politique. Moi, je vais les apprendre ce quoi la politique parce qu'ils connaissent rien... Je vais les déculotter parce qu'ils sont mal éduqués», avait déclaré Alpha Condé le samedi 3 décembre 2011 lors d'une rencontre avec la communauté Djallonké au Palais du peuple.

Pour le cas spécifique de l'UFDG, c'est avec l'arrivée de Cellou Dalein en 2007 que le parti a commencé à susciter de l'engouement et devenir, un peu plus tard, après la présidentielle de 2010, le principal parti de l'opposition guinéenne. Son échec au second tour face au RPG Arc-en-ciel, après être venue en tête avec 43% au premier, avait suscité l'indignation, mais surtout la déception des plusieurs cadres qui ont rejoint la mouvance présidentielle.

C'est d'abord, l'ancien vice-président chargé des affaires politiques qui fut le premier à jeter l'éponge. En 2011, Dr Saliou Bela Diallo a démissionné de l'UFDG pour rejoindre le parti au pouvoir. Ainsi qu'Ousmane Sow membre du bureau exécutif et Mamadou Gadiane Diallo responsable de la jeunesse de du parti Nzérékoré. A partir de juillet 2015, Hady Barry a rejoint également la mouvance et est l'actuel secrétaire général du ministère des affaires étrangères.

En 2017, la courbe reste toujours ascendante. Le député de Dixinn Aboubacar Soumah quitte le navire UFDG pour créer sa propre formation politique. Contre toute attente, le samedi 13 mai dernier, Amadou Oury Bah alias "Intello" jusque-là membre de la direction nationale du parti qui prête allégeance au parti au pouvoir. «J'ai quitté l'UFDG parce que Cellou est incapable».

Le cas Bah Oury est plus spécifique. Le premier vice-président quant à lui, a été exclu après avoir rencontré le président Alpha Condé et menacé de récupérer l'UFDG dont il se réclame fondateur. De nos jours, même s'il n'y a aucune alliance en tout cas officielle entre Bah Oury et le RPG, leurs points de vue convergent sur des nombreux sujets politiques.

+224 623 27 55 45

Guinée

Marseille - Bouna Sarr ne veut pas jouer les seconds rôles

Titularisé contre Angers dimanche au poste de latéral droit, Bouna Sarr n'a aucunement l'intention de… Plus »

Copyright © 2017 Aminata.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.