18 Mai 2017

Congo-Brazzaville: Bonne gouvernance - Trois sociétés publiques dans le collimateur de la justice

Le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Brazzaville, André Gakala Oko, a annoncé récemment l'ouverture d'une enquête judiciaire sur la gestion de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), la Société nationale d'électricité (SNE) et la Société nationale de distribution d'eau (SNDE)

L'initiative du parquet de Brazzaville fait suite à l'appel lancé le 4 mai par le Premier ministre, Clément Mouamba, pour un nouveau mode de gestion à la SNPC, la SNE et la SNDE. Selon le chef du gouvernement, ces trois sociétés d'Etat accusent un certain nombre de difficultés et le changement de mode de gestion devrait permettre de renforcer leurs performances. Un changement qui devrait intervenir avant la célébration de la fête nationale le 15 août prochain.

S'agissant de la SNDE, Clément Mouamba a, par exemple, cité la fuite d'eau des tuyaux pendant plusieurs jours, voire des semaines, sans l'intervention des agents. Quant à la SNE, le Premier ministre a évoqué la mauvaise qualité de l'électricité fournie parfois aux clients. Ce qui constitue un véritable manque à gagner pour l'Etat qui investit d'énormes sommes d'argent pour faire décoller ces deux entreprises publiques qui déçoivent souvent la population par la mauvaise qualité de leurs prestations.

Conformément à ses attributions, le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Brazzaville s'est autosaisi du dossier pour y voir clair. Il reste à savoir l'aspect sur lequel cette enquête sera orientée, car outre les difficultés précitées, les deux sociétés sont aussi confrontées aux problèmes de gestion des finances. Affaire à suivre

Quelles orientations peut prendre une telle réforme ?

Pour remédier sans nul doute à ces difficultés, la direction clientèle de la SNDE vient de lancer une série d'opérations consistant à redonner un peu d'espoir à cette entreprise. Il s'agit notamment des inventaires des abonnés afin de rendre fiable le fichier client ; de la récupération des abonnés inactifs ou coupés ; la régularisation des branchements frauduleux ou pirates. Pour ce faire, les clients doivent se rapprocher des agences de la SNDE.

Rappelons qu'au nombre des difficultés auxquelles cette société est confrontée, figure la non-maîtrise du fichier client, ce qui rend difficile l'opération de recouvrement et de distribution des factures. La somme des factures impayées se chiffre actuellement en termes de milliards FCFA. D'après le contrat de performance que l'Etat congolais a signé avec la SNDE, cette société devrait satisfaire un certain nombre d'exigences de gouvernance et d'équilibre financier. Toujours dans le cadre de son redressement, elle a également signé des contrats avec le groupe français Veolia/compagnie générale des eaux et la société auxiliaire de distribution d'eau.

Du côté de la SNE, le directoire devrait s'atteler dans le transport de l'électricité dans les menages. En effet, la plupart des quartiers périphériques de Brazzaville sont confrontés au problème de baisse de courant. Une situation qui s'explique, entre autres, par le manque d'installations adéquates de la SNE et de postes transformateurs, car les populations sont parfois obligées de se connecter au réseau avec des moyens de bord. Cette société a fait appel depuis quelques années à l'expertise d'EDF france, mais les résultats probants tardent toujours à venir.

Congo-Brazzaville

La classe politique partagée au sujet du dialogue avec le pasteur Ntumi

Au Congo-Brazzaville, l'intervention militaire n'a pas jusque-là mis un terme aux exactions du Pool… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.