18 Mai 2017

Afrique: Promotion des droits des femmes - L'Ajs prône la concrétisation du Protocole de Maputo

Un atelier régional regroupant une vingtaine de pays africains s'est ouvert à Dakar. Sous l'égide de l'Association des Juristes du Sénégal (Ajs), en partenariat avec une Ong américaine Planned Parenthood Global et l'Ambassade des Pays-Bas, la rencontre qui se tient en deux jours va permettre de faire l'état des lieux du Protocole de Maputo relatif aux droits des femmes.

La prise en compte des droits des femmes doit être une exigence dans les politiques publiques de développement des pays africains. C'est dans ce sens que s'inscrit l'atelier régional de deux jours qui s'est ouvert à Dakar et qui porte sur le thème : « Maputo 12 ans après, quels défis pour les droits des femmes ?» Organisée par l'Association des Juristes du Sénégal (Ajs), en partenariat avec une Ong américaine Planned Parenthood Global et l'Ambassade des Pays-Bas, la rencontre qui regroupe une vingtaine de pays de la sous-région permettra de faire l'état des lieux du Protocole de Maputo relatif aux droits des femmes. Selon la présidente de l'Ajs, Fatoumata Guèye Ndiaye, ledit protocole est l'un des instruments les plus complets en matière de promotion et de protection des droits des femmes.

Le droit à la dignité et à l'intégrité, celui relatif à la santé et à la sécurité, l'accès et le contrôle des ressources, entre autres, constituent le texte phare du Protocole de Maputo. C'est pourquoi, Mme Ndiaye préconise que certains droits qui se sont traduits par des textes législatifs soient appliqués au niveau continental. « Il est temps que nos dirigeants s'engagent résolument pour l'effectivité des droits consacrés par ce protocole. Une telle posture permettra d'accorder à la femme les mêmes chances qu'à l'homme face aux opportunités de la vie », indique-t-elle.

Non sans préciser que le protocole constitue pour les organisations féminines africaines une opportunité solennelle de plaidoyer afin de changer les conditions de vie et les défis du continent. Aujourd'hui, malgré les avancées significatives en matière de promotion des droits des femmes, la présidente de l'Ajs estime que le Sénégal doit encore relever certaines disparités qui risquent de plomber son développement.

Présidant la cérémonie d'ouverture, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, a relevé l'engagement de l'Ajs dans la lutte pour la promotion des droits des femmes. «Vous êtes une organisation qui s'est bien illustrée dans le combat pour l'amélioration des conditions de vie de la femme », affirme le ministre Sidiki Kaba. De Mame Madior Boye à Me Mame Mbassine Niang sans oublier celles qui leur ont succédé, le Garde des Sceau a relevé la détermination de ces « combattantes ». « Ces amazones » ont toujours fait du respect des droits des femmes un combat de l'humanité. « Réaliser Maputo, c'est réaliser la dignité humaine », déclare le ministre de la Justice qui réaffirme l'adhésion et l'accompagnement des autorités à œuvrer pour l'effectivité de ce protocole.

Afrique

Protection sociale - 82% de la population africaine sans aucune couverture sociale

L'Organisation internationale du travail (Oit) a rendu public, aujourd'hui son rapport sur la protection dans le monde.… Plus »

Copyright © 2017 Le Soleil. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.