18 Mai 2017

Sénégal: L'IGE se penche sur le déroulement du FESMAN

Dakar — L'Inspection générale d'Etat (IGE) a été commise par l'Etat du Sénégal pour voir "de fond en comble" comment le troisième Festival mondial des arts nègres (FESMAN 3) s'est déroulé a dit, jeudi devant les députés, le ministre de la Culture et de la Communication Mbagnick Ndiaye.

Mbagnick Ndiaye répondait à une question orale posée par le député Boucar Biaye qui voulait en savoir davantage sur la réelle somme d'argent dépensée pour l'organisation de cette manifestation culturelle organisée en 2010.

"Au terme de ce FESMAN 3 beaucoup de problèmes ont été posés (...) et cela a valu à l'Etat du Sénégal de commettre l'IGE pour voir comment s'est déroulée cette manifestation au Sénégal", a dit le ministre.

Pour lui, c'est une question "extrêmement préoccupante" et l'IGE est en train de mener des "investigations". Par conséquent, Mbagnick Ndiaye dit être dans l'impossibilité d'"avancer à ce niveau un chiffre exact ou qui peut être contraire à la réalité".

Selon le ministre de la Culture et de la Communication, "au terme de tout le processus, le dossier sera transmis à qui de droit en l'occurrence M. le président de la République (...)".

Sur l'interpellation sur un éventuel remboursement aux créanciers de l'Etat, Mbagnick Ndiaye a précisé qu'il y a des "procédures" à suivre et "si les prestataires fournissent les documents nécessaires, c'est-à-dire des contrats, des bons de commandes, etc., en bonne et due forme, normalement l'Etat du Sénégal devra rembourser".

Mais, s'est-il empressé d'ajouter, "si cela n'est pas le cas, cela risque de poser pas mal de problèmes".

S'agissant de possibles sanctions à prendre, le ministre estime qu'"à l'état actuel du dossier les choses ne peuvent pas être définies". "Compte tenu de la réglementation et de la gestion financière, il peut y avoir des sanctions qui peuvent découler de cette lutte de détournement de denier public si cela est avéré", dit-il.

Il peut aussi avoir "des fautes qui découlent de types de procédures, là également, il y a des dispositions pratiques à faire", poursuit Mbagnick Ndiaye.

Au total, 13 questions orales ont été posées au Premier ministre Mohammad Boun Abdallah Dionne et aux membres du gouvernement lors de cette 7e séance de questions-réponses à l'Hémicycle a expliqué le président de l'Assemblée nationale, Moustapha Niass.

Sénégal

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Agence de Presse Sénégalaise. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.