19 Mai 2017

Ile Maurice: Overseas Treatment Scheme - L'épouse de Rutnah a-t-elle bénéficié de privilèges ?

C'est choquant», dit le député de l'opposition, Aadil Ameer Meea, en commentant un article paru dans l'édition de Weekly de jeudi 18 mai. Dans sa rubrique «Watch this space», cette publication évoquait les rumeurs qui s'étaient répandues, mardi, à l'Assemblée nationale.

Des rumeurs selon lesquelles l'épouse du député Ravi Rutnah aurait bénéficié du Treatment Overseas Scheme, un plan du ministère de la Santé pour que des patients puissent recevoir des traitements à l'étranger, ces soins ne pouvant se faire à Maurice.

C'est en 2015 que l'épouse du député aurait bénéficié d'une somme avoisinant la somme de Rs 800 000 pour des soins à l'étranger.

Or, la question qui se pose est : si cela est vrai, comment a-t-elle a pu bénéficier de tels avantages alors qu'ils sont destinés à des familles ayant des revenus inférieurs à Rs 60 000 mensuellement ? D'autant plus que le salaire du député en lui-même est supérieur à Rs 200 000?

Motus

Aadil Ameer Meea a, du reste, déposé une question parlementaire au secrétariat de l'Assemblée nationale sur cette affaire. Il veut savoir si l'épouse a bénéficié de ce fonds, quel en est le montant, la date du déboursement et si la somme a déjà été remboursée.

Qu'en est-il réellement ? Nous avons tenté d'en savoir plus auprès du député lui-même. Ce dernier s'est refusé à tout commentaire. Anil Gayan, qui était ministre de la Santé, au moment de ce déboursement allégué, n'a pas non plus voulu apporter plus d'éclaircissement, nous renvoyant à Ravi Rutnah lui-même.

Sollicitée, une source au ministère de la Santé a toutefois soutenu que l'épouse du député n'a bénéficié d'aucune aide financière. «Il s'agit uniquement d'un soutien administratif», fait-on valoir. Et d'ajouter que la famille a elle-même financé tous les coûts. «Nous sommes très stricts sur ces cas. Il n'y a eu aucune faveur», insiste-t-on.

Mais quelle est la procédure afin d'être éligible à ce plan d'aide ? Un ancien ministre de la Santé explique que le patient devrait au préalable suivre un traitement dans un hôpital à Maurice. C'est le médecin traitant qui fait une recommandation au ministère pour des soins à l'étranger. Si les traitements avancés ne sont pas disponibles à Maurice.

Le ministère envoie par la suite le dossier au National Solidarity Fund de la Sécurité sociale pour un «screening» des revenus de la famille. Tout revenu est pris en considération, soit les salaires ou encore les intérêts perçus auprès des banques.

Le ministère de la Sécurité sociale remet alors le dossier à la Santé. Et c'est un Medical Committee, présidé par le Regional Health Director et deux médecins de l'État, qui est appelé à donner son feu vert. Reste à savoir si toutes ces étapes ont été suivies dans le cas où l'épouse du député Rutnah a bénéficié de ce plan...

Ile Maurice

Blanchiment d'argent - La commission anticorruption sur la piste d'un axe Maurice-Australie

Ajay Shanto, un commerçant, a été arrêté par l'Independent Commission against… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.