19 Mai 2017

Madagascar: Mahefa Rakotomalala, la force tranquille, Sariaka Radilofe, la battante

Le tennis, c'est une discipline où les Malgaches excellent tant sur la scène régionale qu'internationale.

La nouvelle génération est prometteuse et on attend la relève de Dally Randriantefy, la joueuse malgache la mieux classée. Nous allons présenter deux jeunes raquettes qui commencent à marquer de leur empreinte le paysage de la petite jeune malgache. Portraits croisés de Mahefa Rakotomalala et de Sariaka Radilofe.

A 12 ans, il s'est déjà offert le titre de champion d'Afrique-Afrique de tennis par équipe. Très jeune, il a déjà accompli un des rêves de tout sportif un jour, c'est de défendre les couleurs du pays au sein de l'équipe nationale. Il, c'est Mahefa Anthony Rakotomalala évoluant au sein de l'Association Sportive et Culturelle d'Ambohidahy (ACSA).

Né le 21 septembre 2006, Mahefa a commencé a joué au tennis à l'âge de 7 ans. Après 8 mois de pratique, il a réussi avoir la troisième place au championnat de Madagascar 2014 dans la catégorie des moins de 8 ans.

Et c'est à partir de ce résultat que ses parents se sont rendus compte qu'il a la capacité de devenir un bon joueur et d'aller plus loin.

Depuis, il a été coaché par Ravalitera qui fait partie des meilleurs entraîneurs malgaches. A ses heures d'entrainement, il est assisté par le Docteur Clément spécialiste en sport.

Ses points forts sont sa couverture de terrain grâce à sa mobilité, son jeu de défense, son état d'esprit et sa combativité.

Dina Razafimahatratra, entraineur national l'a qualifié de force tranquille lors de ce championnat d'Afrique-Australe où il s'est distingué avec sérénité dans les matchs du double.

Depuis son début, il a nettement progressé en devenant un de ses meilleurs joueurs de sa catégorie. Il a déjà gagné des tournois de tennis et aurait pu devenir le champion de Madagascar chez les moins de 10 ans en 2016, mais suite aux nouveaux règlements de l'ITF, il n'y a plus de championnat de national pour les moins de 12 ans.

Toujours en 2016, au tournoi Atemala Atemava organisée par le club ATEMA, il a gagné brillamment en simple et en double. A l'âge de 10 ans, il a déjà atteint la finale du tournoi Kids Open en U 12 et a perdu contre le numéro Un en 12 ans à l'époque Sampras Rakotondrainibe.

Depuis le mois d'octobre 2016, il s'est déjà préparé intensément en vue de la sélection pour ce championnat d'Afrique-Australe avec 1h30 d'entraînement quotidien à l'ACSA.

Il est déjà qualifié pour la finale du tournoi de section tennis Antananarivo 2017 catégorie U12 prévu le 04 juin 2017 prochain. Mahefa est le fils aîné d'Elanirina Rakotomalala et de Lova Rakotondrabary et en classe de CM2 au Lycée Peter Pan à Ambohijanaka.

Il a deux jeunes frères dont le cadet Antso Loïc vient de commencer à jouer du tennis. Lui qui veut emboîter le pas à son grand frère. Comme les gamins sportifs, Mahefa Anthony veut devenir un joueur professionnel de tennis et a comme idole Roger Federer et Rafael Nadal. C'est pour cela qu'il a choisi le prénom de son petit frère « Rafael ».

L'autre championne est Sariaka Radilofe. Elle vient de remporter un tournoi disputé le week-end dernier à Tampon à La Réunion. Dans quelques jours, elle s'envolera pour la France pour disputer le tournoi du Grand Chelem de Rolland Garros. Comme Mahefa, elle a commencé très jeune le tennis et a à son actif plusieurs compétitions à domicile et à l'étranger. Un Radilofe peut en cacher une autre, et c'est le cas de le dire. Sariaka Radilofe est une joueuse de tennis, une étoile montante de cette discipline sur les traces de Dally Randriantefy et de Zarah Razafimahatratra. A 7 ans, elle a rejoint le rang du club de l'ACSA à Ambohidahy.

Le tennis, c'est un sport familial. Son père, l'avocat Mamy Radilofe est un joueur de tennis, dont la fille est devenue une grande championne. Talentueuse, bosseuse, elle a toutes les qualités pour évoluer sur le plus haut niveau. Pour ses 1m55, elle pèse 47 kg, pas très grande pour une joueuse de tennis, mais, elle sait s'en servir sur le court. Ses qualités, la rapidité, la concentration et ses coups impressionnants. A 14 ans, en 2014, elle a remporté le titre national. Un titre qui a ouvert les portes de la sélection nationale pour le championnat d'Afrique-Australe et le sommet continental junior. À la porte d'Auteuil au tournoi du Grand Chelem de Rolland Garros en 2014, elle a passé deux tours.

Cette année, elle a enchainé les victoires. A la 1re édition de l'Open de la CNaPS, elle s'est imposée chez les filles en deux sets à un 1/6 - 6/4 et 6/4 face à Fitia Ravoniandro. A la Réunion, au championnat individuel jeune qui a pris fin le 13 mai, Sariaka a battu la Réunionnaise Lola Klore par deux sets à zéro, 7/5 et 6/2. Et l'aventure continue pour Sariaka qui va attaquer très prochainement, le tournoi du Grand Chelem, Rolland Garros. Après cela, elle va disputer un tournoi à le Mans à partir du 21 août 2017. Agée actuellement de 17 ans, Sarika a déjà fait ses preuves en étant déjà championne de Madagascar.

Madagascar

Inclusion financière - Madagascar, un pays engagé

En 2012, Madagascar s'est engagé à améliorer le taux d'accès de la population aux services… Plus »

Copyright © 2017 Midi Madagasikara. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.