19 Mai 2017

Burundi: La dernière demeure du roi Mwambutsa IV est au pays et non en Suisse !

Il y a quarante ans, l'avant-dernier roi du Burundi décédait en Suisse. Le sort de sa dépouille vient d'être scellé par la justice helvète, qui a décidé que le roi restera inhumé à Meyrin, près de Genève. Le blogueur Egide Nikiza juge ce verdict inique car cela reviendrait à spolier le Burundi d'un patrimoine national.

Non ! Il est incompréhensible que le défunt roi Mwambutsa IV repose indéfiniment en dehors de la terre qui l'a vu naître. J'en conviens, l'arrêt du 28 avril dernier du Tribunal fédéral en Suisse fait valoir la volonté testamentaire du roi . Cependant, la mesure ne s'inscrit jusque-là que dans le Droit.

A moins que je ne me trompe, les juges qui l'ont décidé feignent de ne pas connaître que le Droit seul ne se suffit pas. La décision sur le rapatriement ou non des restes de l'ancien monarque devrait considérer d'autres spécialités notamment l'Histoire, la Culture,... cela en respect de la fameuse "interdépendance" des spécialités en sciences sociales.

Une bataille juridique au sein de la famille royale

Cela fait presque quatre décennies que Mwambutsa IV repose dans la ville de Meyrin (canton de Génève). A la base, son testament fait état de son opposition au rapatriement de sa dépouille.

Rosa Paula Iribagiza, seul enfant « légitime » du roi encore en vie, souhaite le rapatriement des restes. Louise Muhirwa, fille de cette dernière, soutient que son grand-père avait insisté sur la coutume. «Dans le même testament, il dit que son exécution devait tenir compte du droit coutumier. Je ne pense pas que la coutume souhaite que le roi reste en dehors du pays.»

De son côté, Esther Kamatari, nièce du roi, rappelle que son oncle ne souhaitait jamais voir son corps de retour au Burundi. «Ce pays, qu'il chérissait, l'a non seulement chassé du pouvoir, mais lui a enlevé, dans des circonstances dramatiques, son frère et ses deux fils : Ignace Kamatari, assassiné le 27 mai 1964; Louis Rwagasore, assassiné le 13 octobre 1961 et Charles Ndizeye (Ntare V), liquidé le 29 avril 1972», fait-elle savoir. Et d'ajouter que son objectif est d'empêcher que la mémoire du roi ne soit récupérée à des fins politiques.

Mwambutsa IV : monarque rassembleur

Je suis de ceux qui pensent que la dernière demeure du roi Mwambutsa IV est au Burundi. Bangiricenge, de son vrai nom, sort de l'ordinaire de par sa casquette d'ancien chef de l'Etat. En outre, sa personnalité et sa famille marquent fortement l'histoire du Burundi du 20ème siècle.

Il monte au trône en 1915 à l'âge de trois ans. Une année après, les Allemands sont défaits. Tout au long de l'ère belge, 46 ans durant, le roi Mwambutsa IV réussira à préserver l'unité de la population burundaise. Aucun Burundais ne le charge d'avoir privilégié un clan, une ethnie, une contrée,... au détriment de l'autre.

Mwambutsa IV : roi au-dessus des clivages ethniques

Le Burundi acquiert son indépendance sous le premier ministre André Muhirwa, Ganwa et gendre du roi. En 1963, il le démet de ses fonctions et nomme Pierre Ngendandumwe, un Hutu. En avril 1964, Albin Nyamoya, Tutsi, lui succède avant que son prédécesseur ne soit de nouveau confié la formation du gouvernement en janvier 1965.

Quand Ngendandumwe est assassiné le 15 de ce même mois, le roi le fait remplacer par Joseph Bamina, Hutu à qui le Ganwa Léopold Bihumugani succédera à l'issue des élections de mai 1965.

La personnalité du roi Mwambutsa IV est inhérente à l'histoire du Burundi. Toute opposition au rapatriement de son corps implique la privation du Burundi et de son peuple de leur Histoire. J'en appelle au dépassement des antagonismes et calculs motivés par des intérêts sectaires.

Mwambutsa IV, en vertu de son statut d'un ancien chef de l'Etat, a droit à des funérailles nationales dignes de son rang.

Burundi

L'UE débloque les arriérés des soldats burundais engagés dans l'AMISOM

L'Union européenne a pris depuis le 15 mars 2016 des sanctions financières contre le Burundi, qui traverse… Plus »

Copyright © 2017 YAGA. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.