19 Mai 2017
Content from our Premium Partner

African Development Bank (Abidjan)

Les africains ont circulé plus librement en 2016, selon la seconde édition de l'indice d'Ouverture des Visas en Afrique

En collaboration avec la Commission de l'Union africaine et le Forum économique mondial (FEM), la Banque africaine de développement a lancé la seconde édition de l'Indice d'ouverture des visas en Afrique le vendredi 19 mai, 2017, en prélude aux Assemblées annuelles de la Banque à Ahmedabad en Inde.

L'Indice classe le niveau d'ouverture des pays africains en fonction des exigences imposées aux citoyens africains pour obtenir un visa d'entrée dans un pays africain donné. Le rapport offre un aperçu des pays qui facilitent les déplacements des ressortissants d'autres pays africains et les mesures prises à cet effet et indique si les citoyens africains sont autorisés à entrer dans les pays sans visa, s'ils peuvent obtenir le visa à l'arrivée ou s'ils doivent avoir le visa avant de voyager.

Dans l'ensemble, les africains ont pu voyager plus librement à travers le continent en 2016 car le niveau d'ouverture des pays africains s'est amélioré par rapport à 2015. Cependant, de nombreux défis restent à relever. La seconde édition de l'Indice d'ouverture des visas en Afrique met en évidence les différences régionales qui persistent en termes d'ouverture sur les visas. En guise d'exemple, 75% des 20 pays les plus ouverts se trouvent en Afrique de l'Est et de l'Ouest, 20% sont en Afrique Australe. La Mauritanie est le seul pays d'Afrique du Nord classé et aucun d'Afrique centrale figure parmi les 20 premiers. "J'ai besoin de 38 visas pour me déplacer en Afrique", a déclaré Aliko Dangote, président du Groupe Dangote.

Bien que des défis demeurent, de nombreux progrès ont également été réalisés en 2016. À l'échelle continentale, le Ghana, classé 6ème, a le plus progressé dans l'ouverture de ses frontières aux voyageurs africains, gagnant ainsi 16 places par rapport à 2015. Le Sénégal, classé 15ème en 2016, intègre également le top 20 des pays les plus ouverts, gagnant ainsi 9 places par rapport à 2015. Quant à la Tunisie, elle gagne 13 places comparée à 2015. Les Seychelles dominent de nouveau le classement et restent le seul pays à offrir une entrée sans visa pour tous les africains.

"Nos dirigeants doivent abattre les murs qui séparent l'Afrique de l'Est, l'Afrique centrale, l'Afrique du Nord et l'Afrique de l'Ouest. Nous avons besoin d'un marché plus ouvert et plus large", affirme Akinwumi A. Adesina, Président du Groupe de la Banque africaine de développement, qui a reçu en son passeport africain, symbole de l'intégration du continent, en 2016.

La priorité aujourd'hui est de maintenir cette tendance positive et de mettre en œuvre la décision de l'Union africaine sur l'émission des visas à l'arrivée par tous les pays africains à tous les citoyens africains. Une politique libérale des visas en Afrique peut contribuer à une intégration africaine centrée sur les individus et offrir des opportunités de voyages, commerce, loisirs, études et emplois à tous les africains.

Le site de l'Indice d'ouverture sur les visas en Afrique est accessible au www.visaopenness.org.

Télécharger le rapport (en anglais) : http://bit.ly/2rw2V6r

Pour plus informations sur les Assemblées annuelles de la BAD : www.afdb.org/am

#AfDBAM2017

Copyright © 2017 African Development Bank. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.