30 Mai 2017

Niger: Six mois de prison requis contre l'opposant Amadou Djibo

Photo: RFI
Prison à Niamey

Au Niger, l'opposant Amadou Djibo sera fixé sur son sort dans une semaine. Le jugement a été mis en délibéré au 6 juin prochain. Le procès de l'opposant s'est poursuivi, lundi 29 mai, à Niamey, pour « proposition de soulèvement ».

Les débats ont été houleux devant un public composé, en majorité, de militants de l'opposition nigérienne. Le ministère public a requis six mois de prison.

Détenu depuis quinze pour un flagrant délit de complot, le jugement d'Amadou Djibo a duré près de trois heures. Après le rejet de toutes les exceptions soulevées par la défense, le débat sur le fond de l'affaire a enfin eu lieu dans la salle d'audience des flagrants délits. Amadou Djibo était seul à la barre, conseillé par un collectif d'avocats.

Accusé d'avoir proposé aux militants de l'opposition de détruire un régime constitutionnellement élu, Amadou Djibo, président du Front des partis d'opposition, a tout nié en bloc.

« Mes propos ont été dénaturés et sortis de leur contexte par la police judiciaire », a-t-il déclaré à la barre avant d'ajouter qu'à « aucun moment » il n'avait « demandé aux militants de se soulever ».

« Donc, vous avez proposé aux militants de sortir ? », lui a demandé la juge.

« Non, votre honneur. J'ai toujours prôné la non-violence dans mes propos », a répondu Amadou Djibo.

Tout au long du procès, l'expert-comptable et opposant Amadou Djibo est resté de marbre. Même la traduction de ses propos en langue locale djerma, lus par le procureur, ne l'a pas désarmé.

« Je viens de découvrir la traduction de mes propos dont je n'ai pas pris connaissance », a-t-il répondu au procureur, à propos de cette traduction qui a occupé tous les débats.

La présidente du tribunal a déclaré ne pas être en possession de ce précieux document dans son dossier. Les avocats - qui ne l'ont pas également - ont sauté sur l'occasion.

Le bâtonnier Marc Le Bihan n'a pas hésité à lancer une pique. « Nous sommes en matière politique », a-t-il déclaré. Pour lui, il n'y a aucune pièce dans ce dossier qui puisse accuser son client.

« Dans ce dossier, il n'y a vraiment aucune base légale, et en plus le procès a violé tous les droits de la défense parce qu'aucune pièce ne nous a été communiquée. Pour un complot, il faut deux ou plusieurs personnes. Il est seul et il n'a comparu avec personne. La relaxe s'impose dans ce dossier. »

Tout en dénonçant le « tâtonnement juridique et le rétropédalage », Maître Souley Oumarou a conclu que l'on veut « décimer » l'opposition nigérienne.

Après les débats houleux entre la défense et le ministère public, le procureur a requis six mois d'emprisonnement ferme. Le jugement est mis en délibéré au 6 juin prochain.

Niger

Grand-messe des Ministres du Commerce Extérieur - Jean-Lucien Bussa obtient la réadmission de la RDC à l'AGOA

Au devant d'une forte délégation d'experts congolais, Jean-Lucien Bussa Tongba, ci-devant Ministre du… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.