30 Mai 2017

Afrique: Migrations - Une soixantaine de morts en Méditerranée rien que la semaine passée

Photo: RFI
Une clôture en construction le long de la frontière algéro-marocaine, en 2014.

La Méditerranée continue de tuer : de part et d'autre des rives de cette mer qui sépare l'Europe de l'Afrique, on continue de ramasser des cadavres de migrants.

Cette fois, ce sont les gardes-côtes libyens qui annoncent le bilan de la semaine : 58 migrants sont morts en mer rien que la semaine dernière. Un bilan appelé à augmenter, puisque dans le même temps, une centaine de personnes manquent à l'appel.

Montés en nombre dans les embarcations, qui prennent fréquemment la mer depuis les côtes libyennes dans l'intention de gagner l' Europe par le sud de l'Italie, les migrants arrivés vivants font part des drames enregistrés.

Au total, plus de 10.000 personnes ont été secourues au large de la Libye la semaine dernière et la plupart ont été conduites en Italie, dans des conditions souvent compliquées à bord de navires de secours débordés.

Au bout du parcours et pour des raisons différentes, leur épopée s'est transformée en cauchemar, soit parce que leur bateau a connu une avarie, soit parce que les vivres et notamment de l'eau embarquée, ont fini par s'épuiser.

Les drames se racontent dans les mêmes mots d'horreur. Tels ces sept corps retrouvés par des gardes-côtes libyens autour d'un canot dégonflé auquel s'accrochaient encore 77 survivants.

Les côtes libyennes, celles de l'Egypte ou de la Grèce, les sauveteurs italiens et européens en pleine mer, rapportent des statistiques toutes aussi macabres les unes que les autres.

Des survivants secourus par des Egyptiens ou d'autres parvenus à Pozzalo, dans la région méridionale italienne de Sicile, ont expliqué à des représentants de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qu'une vingtaine de personnes avaient disparu en mer dans les mêmes conditions sur leur canot.

« Sauver des vies reste la principale priorité », affirme le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés(HCR), qui salue toutefois les efforts des gardes-côtes italiens pour coordonner parfois des dizaines d'opérations par jour.

Les derniers drames portent la fourchette du nombre de morts et disparus au large de la Libye à environ 1.450 (selon l'OIM) et 1.720 (selon le HCR) depuis le début de l'année.

Guerre des chiffres, approximations mais une seule et même réalité effroyable : la Méditerranée continue de « tuer » les migrants dans leur folle tentative de gagner l'Europe.

Bon nombre d'entre ces morts sont des jeunes Africains, ayant décidé un bon jour de tenter l'aventure, parfois à l'insu de leurs familles, et qu'on ne retrouvera jamais.

En savoir plus

Plus de 60.000 réfugiés et migrants ont traversé la Méditerranée centrale depuis le début de l'année

Le nombre total de personnes ayant traversant la Méditerranée centrale depuis le début de… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.