31 Mai 2017

Centrafrique: L'ONU fait le bilan de la crise au pays

Photo: OCHA/Gemma Cortes
Des habitants de Bambari, en République centrafricaine

L'Organisation des Nations unies a recensé les différents crimes et violences survenus dans ce pays depuis 2003.

L'Organisation des Nations unies (ONU) a publié hier un recensement général des crimes et violences perpétrés en République centrafricaine, depuis la chute de Ange-Félix Patassé à la crise actuelle. Intitulé «Mapping des violations graves du droit international des droits de l'homme et du droit international, humanitaires commises sur le territoire de la RCA de janvier 2003 à décembre 2015», ce rapport retrace en lettres de sang le film macabre d'un peuple pris en otage dans une barbarie insoutenable perpétrée par les groupes armés.

Ce document de 386 pages couvre la période allant du 11 mai 2016 au 31 mars 2017. Les enquêteurs du Conseil de sécurité parlent de 3 003 civils tués entre décembre 2013 et octobre 2014 et des centaines de milliers de déplacés.

«Face au nombre accablant de violations graves commises sur le territoire de la République centrafricaine, la réponse des gouvernements successifs s'est souvent avérée inappropriée et l'impunité a prévalu contribuant à alimenter les conflits armés cycliques», souligne le rapport.

Dénonçant une «dynamique destructrice» en marche, le document compile quelque 620 incidents graves et fait savoir qu'aucun coin de ce vaste pays de 4,5 millions d'habitants n'a été épargné par cette tragédie.

Exécutions sommaires, violences sexuelles systématiques, pillages, incendies de villages, enrôlements d'enfants et de mercenaires, tortures, déplacements forcés, violation des droits politiques ont été commis en toute impunité et relèvent, selon les enquêteurs, des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

A l'index, l'ONU accuse la coalition Séléka, à majorité musulmane, les anti-Balaka, groupe d'autodéfense à majorité chrétienne, la défaillance de l'armée régulière et la présence des armées étrangères dans le conflit.

Résultat des courses : le pays est divisé aujourd'hui en deux. D'une part, le sud et l'ouest contrôlés par les anti-Balaka et d'autre part, l'est et le nord sont aux mains de l'ancienne coalition Séléka.

Jeudi dernier, l'ONU comptabilisait pour le seul mois de mai courant environ 100 000 nouveaux déplacés, 200 blessés et 300 morts suite aux attaques survenus dans les localités d'Alindao, Bangassou, Mobaye et Bria.

Le rapport onusien intervient quelques jours seulement après la prise de fonctions du colonel congolais Toussaint Muntazini Mukimapa comme procureur spécial de la Cour pénale spéciale pour la Centrafrique, chargé d'enquêter sur ces différents crimes. Du pain sur la planche pour le promu et son équipe.

En savoir plus

Un document de l'ONU recense tous les crimes commis depuis 2003

C'est un document de près de 400 pages qui a été publié mardi 30 mai par la force onusienne… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.