1 Juin 2017
Content from our Premium Partner

African Development Bank (Abidjan)

Comment rendre les routes de Bamako moins dangereuses ? Réponses dans une étude de la BAD

Très nombreux à Bamako, les usagers de deux-roues sont particulièrement exposés aux accidents de la route.

Au Mali, le district de Bamako concentre plus de la moitié des accidents de la routes et le nombre d'accident se multiplie à mesure que la ville grandit et que les véhicules se font plus nombreux. Comment freiner cette dynamique ? Le 26 mai 2017, experts en sécurité routière, représentants des autorités maliennes, élus locaux et acteurs du secteur des transports ont examiné les premières conclusions d'une étude qui dresse un état des lieux exhaustif de la situation dans la capitale et jeter les bases d'un plan d'action d'envergure.

Pour la Banque africaine de développement (BAD), qui finance l'étude, il s'agit d'aider les autorités maliennes à renforcer leurs capacités dans le domaine. Le Mali, qui appartient à la catégorie des États fragiles, souffre d'un manque d'expertise et de ressources qui l'empêche de s'attaquer pleinement à l'enjeu de la mortalité sur les routes. Forte de l'expertise qu'elle a développée sur les questions de sécurité routière à travers une série d'études, de rapports et de manuels, la BAD promeut notamment une approche systémique de ces problématiques, une approche que reflète l'étude qui vient d'être présentée à Bamako.

« Souvent pointé du doigt, le comportement de l'usager n'est qu'un facteur d'accident parmi d'autres, a expliqué Abdoulaye Tandina, expert en infrastructures à la Banque. L'analyse détaillée des facteurs d'accident et la cartographie des risques doivent permettre d'identifier des leviers d'actions efficaces ». L'enjeu est ainsi de substituer aux mesures prises au coup par coup un plan d'action global qui combine prévention, régulation, amélioration des infrastructures et renforcement des dispositifs de secours.

Grande innovation pour cette étude, avec la création d'une plateforme de géolocalisation et de traitement en temps réel des accidents. Cela va optimiser la fiabilité des données et permettre de mieux comprendre l'évolution des zones à risque, et donc d'y apporter des réponses adaptées.

À Bamako, parce que les deux-roues sont nombreux et les infrastructures inadéquates, les victimes de la route se retrouvent dans la catégorie des jeunes actifs (18 à 30 ans) et des plus vulnérables : piétons, personnes âgées, enfants et personnes à mobilité réduite.

L'étude soumise à discussions le 26 mai dernier pointe notamment deux urgences : traiter le problème de non-port du casque par les motocyclistes et renforcer la coordination des systèmes de secours et de soins.

À moyen et long terme, l'étude préconise de renforcer la gouvernance sur les questions de sécurités routière, via la formation d'experts et de techniciens locaux, et de sensibiliser et mieux coordonner les différents intervenants dans le domaine. La création d'un Observatoire dédié à la sécurité routière, à même d'éclairer les politiques publiques au regard des données collectées sur le terrain, pourrait aider en ce sens.

« L'atelier du 26 mai est déjà une première étape pour le plan d'action, puisqu'il a permis d'échanger entre parties prenantes et de s'approprier les premières conclusions de l'étude », s'est réjoui Abdoulaye Tandina. Les échanges ont notamment associé les fédérations de chauffeurs (bus, taxis, moto-taxis... ), le Conseil malien des transporteurs, les associations des consommateurs, les compagnies d'assurance et le Conseil national de la jeunesse. Leurs contributions et retours devraient nourrir le travail des experts, dont le rapport final sera publié courant 2017.

L'étude est financée par un don de la BAD d'un montant de 207 millions de francs CFA (350 000 dollars EU), pourvu à travers le Fonds fiduciaire de la coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC).

La sécurité routière constitue un axe de travail important au sein du Département infrastructures, villes et développement urbain de la BAD. Elle participe également de l'amélioration des conditions de vie des populations, qui est l'une des Cinq grandes priorités (Top 5) de la BAD.

Les routes africaines sont parmi les plus dangereuses au monde. Les accidents de la route sont la quatrième cause de mortalité des personnes âgées de 5 à 44 ans en Afrique, et les pertes globales dues aux accidents de la route coûteraient chaque année aux États africains de 1 à 3 % de leur PIB.

Copyright © 2017 African Development Bank. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.