2 Juin 2017

Afrique: Climat - L'Afrique inquiète du désengagement américain

De nombreux pays africains bénéficient du soutien d'un fonds vert international pour lutter contre le rechauffement climatique. La fin du financement américain inquiète les environnementalistes.

Y aura-t-il un impact pour les pays les plus pauvres suite au retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat ? Depuis 2009, ces pays comptent sur un fonds vert, lancé alors à Copenhague lors d'une Conférence internationale sur le climat. Lors de la réunion de capitalisation des fonds à Berlin en 2013, les pays industrialisés avaient promis quelque 9,3 milliards de dollars. Les Etats-Unis, qui se positionnent comme les premiers contributeurs, avaient annoncé trois milliards de dollars. Deux ans plus tard, en novembre 2015, ces pays s'étaient même engagés à augmenter leurs contributions pour atteindre les 100 milliards de dollars a partir de 2020 en vue de lutter efficacement contre le changement climatique.

"Conséquences néfastes"

L'annonce a donc déçu les environnementalistes et activistes de la société civile. Aissatou Diouf du Réseau Climat et Dévéloppement estime que le retrait américain aura un impact sur des politiques initiées pour faire face au changement climatique.

« Si aujourd'hui on supprime les deux milliards de dollars de financement, il y aura un impact sur les politiques contre le réchauffement climatique»

De son côté, le professeur et universitaire sudafricain Bob Scholes souligne la nécéssité des énergies alternatives.

« Nous sommes extrêmement vulnérables aux changements climatiques. À long terme, les conséquences pour l'Afrique seront très néfastes. Les gouvernements africains doivent s'orienter vers les énergies qui n'émettent pas beaucoup de gaz à effet de serre »

Parmi les projets financés par le fonds vert en Afrique figure la mise en place de systèmes de suivi d'alerte climat au Malawi. Mais ailleurs dans le monde, d'autres pays menacés comme le Bangladesh ont bénéficié du développement d'infrastructures résistant aux perturbations climatiques, et il y a bien d'autres projets aux Maldives ainsi qu'en Amérique Latine.

Afrique

Scandale après la nomination de Mugabe par l'OMS

La polémique enfle après la nomination par l'OMS, le 18 octobre, du président zimbabwéen… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.