13 Juin 2017

Afrique: Méningite C - « Nous restons confrontés au même problème de pénurie de vaccins »

communiqué de presse

Cette année encore, le Nigeria et le Niger sont confrontés à de graves épidémies de méningite C. Les deux pays se trouvent dans la « ceinture de la méningite », une région qui traverse le continent du Sénégal à l'Éthiopie, et qui est particulièrement touchée par la maladie pendant la saison sèche. Miriam Alía, spécialiste de la méningite, est responsable de la vaccination et de la réponse aux épidémies pour MSF. Elle est aussi l'un des deux membres de MSF travaillant au sein du Groupe de Coordination Internationale pour la fourniture de vaccins (ICG en anglais).

Le Niger et le Nigeria ont connu à nouveau une épidémie de méningite C.

Pourquoi ce type d'épidémies est-il récurrent dans cette région ?

Des cas de méningite peuvent se manifester tout au long de l'année, mais le climat sec et venteux qui règne dans cette région entre décembre et mai favorise la propagation de la maladie. L'infection se transmet par la salive. Or ce type de climat irrite la gorge et celle-ci cesse alors d'agir comme une barrière face aux bactéries. L'arrivée de la saison des pluies marque l'arrêt de la transmission de la maladie, et le nombre de cas diminue de façon exponentielle.

Pour répondre à une épidémie, il faut renforcer la surveillance épidémiologique, assurer le traitement des cas, vacciner chaque fois que c'est possible et mener de nombreuses campagnes de sensibilisation au sein des communautés afin que les cas soient rapidement connus de la structure de santé. En l'absence de traitement, la moitié des personnes touchées par la maladie en meure. Avec le traitement, la mortalité peut diminuer de manière à atteindre le taux de 10 %. Il faut donc traiter les malades le plus tôt possible, à l'aide d'antibiotiques.

La prévention de ces épidémies passe par la vaccination, comme pour la rougeole par exemple. Nous disposons contre la rougeole d'un vaccin unique qui fonctionne bien, mais il en existe de nombreuses variétés pour la méningite. Tout d'abord, il y a différents types de méningite, aussi est-il indispensable d'identifier le sérogroupe responsable de l'épidémie. On parle de souches : A, B, C, W135, X ou Y. Certains vaccins ne peuvent être utilisés que pour une seule souche, tandis que d'autres sont efficaces sur quatre.

Quels sont les vaccins qui existent contre la méningite actuellement ?

Il y a les vaccins polysaccharides (une première génération de vaccins) ainsi que les vaccins conjugués (une nouvelle génération de vaccins). Le premier vaccin conjugué utilisé massivement fut le MenAfriVac. C'est un vaccin très économique et efficace qui a permis d'endiguer les épidémies explosives de méningite A ayant frappé le Niger, le Nigeria et d'autres pays de la région dans les années 90 et 2000. Des campagnes de vaccination de masse furent menées et le vaccin est introduit progressivement dans le calendrier de vaccination systématique des enfants de ces pays. On estime que depuis 2009, plus de 260 millions de personnes ont été vaccinées avec le MenAfriVac.

Après le succès obtenu contre la méningite A, nous ne nous attendions pas à des épidémies d'autres souches d'une telle ampleur. Cependant, en 2013 et 2014, des épidémies de méningite C se sont manifestées au nord-ouest du Nigeria, et en 2015, une épidémie majeure de méningite C a frappé très durement le Nigeria et le Niger. Nous n'avions jamais été confrontés à une telle épidémie de méningite C, et la production de vaccin était insuffisante. En outre, il n'existe pas à ce jour de vaccin contre la méningite C offrant une protection prolongée, et qui soit aussi peu coûteux et pratique que le MenAfriVac.

Pourquoi ne pas faire plus de vaccination préventive ? Existe-t-il suffisamment de vaccins pour répondre aux épidémies actuelles de méningite C ?

Suite à l'épidémie de méningite C de 2015, l'ICG a préconisé d'avoir à disposition un minimum de cinq millions de vaccins contre la souche C. Mais cette année encore, comme en 2016, on est loin de ce chiffre. Une telle production est inexistante et les laboratoires ne prennent pas le risque de fabriquer un vaccin qui serait vendu uniquement en cas d'épidémies. Actuellement, le Serum Institute of India travaille sur un vaccin conjugué contre plusieurs souches de méningite qui devrait en principe être disponible en 2020. L'effet pervers de cette situation, c'est que les autres laboratoires ne sont incités à produire que peu de vaccins, puisque le marché n'existerait que jusqu'en 2020. En conséquence, les vaccins disponibles aujourd'hui ne peuvent être utilisés que de manière réactive lorsqu'une épidémie est déclarée, et non pas de manière préventive dans les zones à risque.

L'ICG a déjà fait plusieurs livraisons de vaccins contre la méningite C au Niger et au Nigeria cette année. Mais nous avons été contraints de réduire le nombre de vaccins demandés initialement ou de diminuer les tranches d'âge à vacciner, car cette année encore nous faisons face à un problème de pénurie de vaccins, bien que nous ayons acheté tout le stock disponible.

Comment fonctionne l'ICG ?

L'ICG a été créé dans les années 90 afin de gérer les vaccins à faible production et les distribuer dans un souci d'équité et d'impartialité, c'est-à-dire en fonction des besoins établis sur la base des analyses épidémiologiques. L'OMS, l'UNICEF, la Fédération de la Croix-Rouge et MSF font partie de cet organisme. Actuellement, l'ICG gère les vaccins de la fièvre jaune, de la méningite et du choléra. Afin de stimuler la production, l'ICG achète les vaccins à l'avance en fonction de prévisions, bien que leur utilisation ne soit pas garantie.

Lorsqu'une épidémie se développe, le ministère de la Santé du pays en question doit envoyer une demande à l'ICG, qui est tenu d'y répondre dans un délai de 48 heures. La réponse dépend de la présence d'une épidémie déclarée, ou bien de cas relevés en parallèle d'une épidémie. Sur cette base, la demande est totalement ou partiellement approuvée, ou bien rejetée. En plus des vaccins, l'ICG peut également fournir le matériel injectable et le traitement.

La réponse de MSF face aux épidémies de méningite C au Nigeria et au Niger

Nigeria

Du 13 décembre 2016 au 14 mai 2017, un total de 13 943 cas suspects et 1 112 décès de méningite ont été rapportés dans 24 États du Nigeria, selon l'OMS.

MSF a apporté son soutien à deux établissements médicaux du ministère de la Santé - à Sokoto et à Anka, dans l'État de Zamfara - traitant plus de 2 400 patients.

L'organisation est intervenue aux côtés du ministère de la Santé lors de la vaccination de plus de 140 600 personnes dans les trois zones les plus touchées de la région de Sokoto, a apporté un appui à la vaccination de plus de 136 000 autres personnes dans l'État de Yobe.

Nos équipes ont également soutenu l'identification et la prise en charge dans 23 structures de santé de l'Etat de Katsina, traitant plus de 500 patients.

Niger

179 personnes ont trouvé la mort parmi les 3 037 cas signalés du début de l'année au 7 mai, principalement à l'ouest du pays, selon le ministère de la Santé.

MSF a appuyé les autorités locales dans la vaccination de plus de 463 800 personnes âgées de 2 à 20 ans, dans 28 zones de santé qui avaient dépassé les seuils d'alerte ou épidémiques à Niamey, Tillabéry, Dosso, Tahoua et Maradi.

Dans ces régions, MSF a également aidé trois hôpitaux et 24 centres de santé en livrant du matériel tel que des médicaments et des tests de diagnostic rapide et en formant le personnel médical pour la détection rapide des cas et leur traitement.

L'organisation continue de s'occuper des malades et d'assurer la surveillance épidémiologique.

Afrique

Le retour de 6000 jihadistes de l'EI en Afrique, principale «menace du futur»

Lors d'une réunion sur les moyens de combattre le terrorisme organisée par l'Union africaine et… Plus »

Copyright © 2017 Medecins Sans Frontieres. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.