14 Juin 2017

Mali: Procès en diffamation du journal Le Sphinx au pays - Trois mois de prison requis avec sursis

Après une première audience, le 30 mai dernier, le tribunal de grande instance de la commune III de Bamako a ouvert, hier mercredi 14 juin, le procès en diffamation intenté par le député malien Karim Kéïta, fils du président Ibrahim Boubacar Kéïta, contre l'hebdomadaire d'investigation Le Sphinx.

A l'ouverture dudit procès, les avocats de la défense ont demandé la nullité de la poursuite en soulevant des exceptions sur le délai de poursuite. Le tribunal est passé outre et a décidé d'aller dans le fond du dossier. Toute chose qui a amené les défenseurs d'Adama Dramé, directeur de publication du journal, à claquer la porte. Le prévenu a dû assurer, seul, sa propre défense. Le procureur de la République a demandé aux juges de maintenir le journaliste dans les liens de la prévention tout en requérant trois mois de prison avec sursis.

Le plaignant, quant à lui, réclame 4 milliards de FCFA. Le verdict sera mis en délibéré pour le mardi 20 juin 2017. Il faut rappeler que le journaliste est poursuivi pour son article intitulé : « Les Hirondelles, rebaptisé hôtel Sefeto, vient d'être acheté par le nouveau nabab de Bamako, Karim Kéïta, à 4 milliards de francs CFA ».

Un honneur à laver qui coûte 4 milliards de F CFA

Sans prendre parti pour le confrère, l'on ne peut qu'être indigné par le caractère astronomique que le plaignant réclame pour laver son honneur. Car, non seulement on lit l'appétit financier gargantuesque du fils du président, mais aussi et surtout son intention à peine voilée de faire disparaître le journal du paysage médiatique malien. En effet, s'il n'avait voulu que laver son honneur, il se serait juste contenté de demander un franc symbolique ; toute chose qui l'aurait grandi aux yeux de l'opinion.

Au-delà de Le Sphinx, c'est un avertissement qu'envoie le fils du président à tous les autres journaux de la place, qui seraient tentés par le malin plaisir de fouiner leur nez dans les affaires de la famille présidentielle, souvent évoquée dans les sales draps de la République. En attendant le verdict de ce procès qui devrait être sans surprise au Gondwana où la justice obéit aux ordres des princes, l'on peut déjà établir deux constats qui ne plaident pas en faveur du fils d'IBK. Le premier est que déjà, de forts soupçons pesaient sur lui en sa qualité de président de la Commission Défense de l'Assemblée nationale, dans l'affaire des équipements de l'armée.

Le second porte sur l'immixtion de la famille des présidents africains dans les affaires publiques. Karim Keïta aurait été un citoyen Tartempion que l'opinion ne se serait point emballée de cette accusation de trafic d'influence et d'achat d'un immeuble à Bamako qui fait l'objet du procès. Même si l'on ne peut le tenir pour coupable, cette affaire vient rappeler les frasques des fils et frères de nombreux chefs d'Etats du continent impliqués dans des malversations financières. Pourvu que le droit soit dit.

Mali

Jérusalem - manifestation anti-Trump au Mali

Au Mali, près d'un millier de personnes ont manifesté mercredi 13 décembre contre la… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.