15 Juin 2017

Congo-Kinshasa: La session de mars clôturée - Parlement - Un grand pas est franchi pour le glissement en 2017

Depuis jeudi 15 juin 2017, Députés et Sénateurs sont partis en vacances parlementaire. Quid du bilan ? Les avis divergent.

Mais, une chose importante plus que tout n'aura pas été le sujet phare de ces assises. Il s'agit de la problématique de l'organisation des élections fin 2017 comme indiqué dans l'Accord de la Saint Sylvestre. Erreur ou oublie ?

L'enjeu majeur de la République Démocratique du Congo, c'est la tenue des élections. Qui, selon l'esprit de l'Accord de la Saint Sylvestre, devraient avoir lieu avant la fin de l'année en cours. Pourtant, rien ne va en ce sens. Et, le Parlement congolais, où s'est clôturée jeudi 15 juin 2017, la session parlementaire ordinaire, vient d'apporter une des pierres sur le pavé qui conduit à un glissement bis 2017. Le tout tient en une phrase : les lois essentielles. Il sera impossible pour la Commission Électorale Nationale Indépendante de convoquer le corps électoral sans la Loi portant répartition des sièges.

Et, la Loi électorale de 2015, oui celle qui a causé pertes et fracas en Janvier de ladite année, a conservé une survivance de l'article 8 à problème qui a été élagué du reste. Dans l'article 115 de cette Loi, le poids démographique reste un préalable pour déterminer le nombre des sièges. D'où, faut-il la réviser pour muer le poids démographique qui doit être déterminé après une identification de la population du type ONIP par le poids des électeurs enrôlés. Mais, rien n'a été fait même mis en bouche quant à ce dans les deux chambres. Ce qui pousse à croire que le Parlement et la CENI convolent en justes noces, en sourdine, pour consacrer le glissement.

Ce qui est grave ce que le Parlement n'ait pas sérieusement harcelé, légalement, Nangaa pour avoir des assurances sur l'organisation des élections. L'enrôlement qui devait prendre fin le 31 juillet devrait d'après des sources se terminer en Octobre. Déjà à Kinshasa où il se fait à compte goutte, cette opération pourra prendre fin en août rien de moins. A savoir qu'il n'y aura pas de session parlementaire extraordinaire, l'on peut dire sans craindre que bien de mois seront mis en poche. Donc, reprise en Septembre dans les deux chambres avec un fichier électoral à boucler en octobre par la CENI. Ce même Octobre était sensé être le mois de la convocation du corps électoral.

Hélas ! Pour examiner et voter la loi portant répartition des sièges il va notamment falloir disposer de ce fichier et le scruter. Même si les Députés et Sénateurs travaillent à la va vite, la CENI ne disposera plus que d'au plus trois mois pour convoquer le corps électoral. Il faut dire que de la convocation du corps électoral à la passation du pouvoir c'est tout un processus : candidatures, listes provisoires, recours, listes définitives, campagnes électorales,... jour de scrutin, dépouillement des votes, compilation des résultats, résultat provisoire puis résultat final,... Le doute est grand, enjeux politiques aidant, de voir et le Gouvernement et la CENI réussir cette tâche ... . D'où, à ce stade, d'aucuns pensent dire sans gêne que le Parlement vient de contribuer au glissement.

Congo-Kinshasa

Décrispation politique - Kinshasa dans le viseur de l'UE

Lundi dernier, le Conseil européen s'est penché sur le dossier de la République démocratique… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.