15 Juin 2017

Congo-Kinshasa: Elections 2017 - Kofi Annan et 9 anciens Présidents africains lancent un appel pressant !

Photo: Wikimedia
Koffi Annan

"L'avenir de la RDC est en grave danger !". C'est la sonnette d'alarme que tirent l'ancien Secrétaire Général de l'ONU, M. Kofi Annan et 9 anciens présidents africains, attachés à la démocratie et profondément consternés par la situation politique qui prévaut en RDC.

Laquelle constitue, selon leur analyse, une menace à la stabilité, à la prospérité et à la paix de toute la région des Grands Lacs, mieux de l'Afrique toute entière. Si, de l'avis de ces anciens dirigeants, l'Accord de la CENCO a permis d'éviter un désastre, sa mise en œuvre, estiment-ils, rencontre des difficultés croissantes qui mettent en péril le processus censé conduire à des élections pacifiques d'ici la fin de cette année.

Tant que l'esprit et la lettre de l'Accord ne sont pas respectés, la possibilité d'une transition non violente, vitale au développement de la RDC, est minée, constatent-ils. Pour eux, en définitive, seules des élections intègres représentent la seule issue pacifique possible pour résoudre la crise de légitimité dont souffrent aujourd'hui les institutions politiques congolaises. Aussi, lancent-ils un appel urgent en faveur d'une transition pacifique et démocratique au Congo-Kinshasa. Ils invitent, par ailleurs, la classe politique, toutes tendances confondues, à privilégier l'intérêt national.

Outre Kofi Annan, le document a été signé par les anciens Présidents du Bénin, Thomas Boni Yayi ; du Ghana, John Kufuor, de l'Afrique du Sud, Thabo Mbeki ; de la Tanzanie, Benjamin Mkapa, du Botswana, Festus Mogae ; du Nigeria, Olusegun Obasandjo ; du Cap Vert, Pedro Pires et de l'Île Maurice, Cassan Uteem. Ci-après, l'intégralité de leur analyse de la situation politique en RDC.

Appel urgent en faveur d'une transition pacifique et démocratique en République démocratique du Congo

En tant que dirigeants africains attachés à la démocratie, nous sommes profondément consternés par la situation politique qui prévaut en République démocratique du Congo (RDC). Elle constitue une menace à la stabilité, à la prospérité et à la paix de toute la région des Grands Lacs, voire de l'Afrique dans son ensemble. Nous nous devons de sonner l'alarme avant qu'il ne soit trop tard.

La non-tenue des élections en 2016, conformément à la Constitution, a provoqué une crise politique aigue. L'accord entre le Gouvernement et l'opposition conclu à la Saint Sylvestre sous l'égide de la Conférence épiscopale nationale congolaise (Cenco) a permis d'éviter un désastre, mais sa mise en œuvre rencontre des difficultés croissantes qui mettent en péril le processus censé conduire à des élections pacifiques d'ici la fin de cette année.

Tant l'esprit que la lettre de l'accord ne sont pas respectés, minant la possibilité d'une transition non violente, vitale au développement de la RDC. Des élections intègres représentent pourtant la seule issue pacifique possible pour résoudre la crise de légitimité dont souffrent aujourd'hui les institutions politiques congolaises.

Le Gouvernement de la RDC et la communauté internationale doivent fournir toutes les ressources nécessaires à l'organisation des élections dans les délais prévu par l'Accord de la Saint Sylvestre à la commission électorale.

Nous appelons les leaders politiques de la RDC à donner la priorité à l'intérêt national. Le peuple congolais, déjà meurtri par des décennies de dictature, suivies d'années de guerre civile, aspire à la paix, au développement et au respect des droits de l'Homme, qui comprennent le droit à un gouvernement représentatif.

Si la crise actuelle frappe avant tout nos frères et sœurs congolais, elle aura des conséquences continentales si elle n'est pas traitée.

L'avenir de la RDC est en grave danger. Aussi appelons-nous les leaders congolais à redoubler leurs efforts de mise en œuvre de l'Accord de la Saint Sylvestre de bonne foi afin de restaurer la confiance entre les partis et assurer des élections libres, crédibles et pacifiques d'ici la fin de l'année.

Congo-Kinshasa

Fosses communes au Kasaï - Des ONG avaient alerté la justice et l'ONU en avril

La justice congolaise a annoncé lundi 26 juin l'ouverture d'une enquête sur dix nouvelles fosses communes… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.