15 Juin 2017

Congo-Kinshasa: Conditions de vie - N'Djili - Les PVH interpellent les autorités !

L'Etat congolais semble n'est pas être à la hauteur de ses responsabilités de respecter et protéger la personne humaine qui est sacrée, conformément à l'article 16 de la Constitution congolaise.

Pour preuve, les personnes vivant avec handicap de la Commune de N'Djili, quartier 7, vivent dans des conditions infrahumaines. C'est la raison, sur demande de la coordination provinciale de la FENAPHACO/Kinshasa, d'une descente rapide sur terrain de Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Coordonateur national de la Fédération nationale des associations des personnes vivant avec handicap du Congo (FENAPHACO) hier, jeudi 15 juin 2017. Très touché de voir les conditions dans lesquelles ses semblables vivent, Me Patrick Pindu-di-Lusanga appelle les autorités congolaises et ses partenaires de venir le plus vite possible à la rescousse de ces personnes. Car, martèle-t-il, il y a péril en la demeure. Au fond, les personnes vivant avec handicap de la commune de N'Djili, quartier 7, demandent aux autorités congolaises une attention particulière à leur égard.

"Nous sommes ici depuis le 25 février 1998, soit 19 ans déjà. Nous vivons dans des conditions insupportables comme si nous étions en exil dans un autre pays. Nous avons accueilli beaucoup d'autorités congolaises dans ce centre des handicapés de N'Djili notamment, le Président de l'Assemblée provinciale de la Ville-province de Kinshasa, Roger Nsingi voire la première Dame de la République, Maman Olive Lembe Kabila. Tous nous ont promis un abri. Mais, jusqu'à présent, aucune solution n'a été trouvée", révèle un habitant dudit centre des handicapés. Et d'ajouter que tous les sites qui leurs ont été attribués pour la construction d'un abri en leur faveur, créent toujours des problèmes avec des privés.

Il y a de quoi se poser la question de savoir : qui bouffe derrière les personnes vivant avec handicap ? Et, pourquoi le ministre des affaires sociales ne peut-il pas s'ingérer dans ce dossier pour trouver la solution ? En plus, nul n'ignore combien les partenaires internationaux allouent des fonds pour garantir une meilleure vie aux PVH. A ce stade, Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Coordonateur de la Fédération nationale des associations des personnes vivant avec handicap du Congo (FENAPHACO) a reçu mandat de la part des personnes handicapées du centre de N'Djili de plaider leurs causes afin de les faire sortir dans ces conditions atroces. Plus grave, près de 132 enfants, du reste non scolarisés, croupissent également dans ces conditions désastreuses. D'après les informations recueillies sur place, il y a eu plus de 69 morts dans ce centre à cause des mauvaises conditions de vie.

Sensibilisation sur la prévention et dépistage volontaire de VIH/SIDA

Dans le cadre du projet "handicap et VIH/Sida", Me Patrick Pindu-di-Lusanga a saisi cette occasion pour procéder à la sensibilisation de la prévention, de dépistage et de la lutte contre le VIH/Sida en milieux des personnes vivant avec handicap. Thème retenu pour cette tournée : "ensemble et unis, éliminons et éradiquons le VIH/Sida d'ici 2030 en République démocratique du Congo".

Avec l'appui de l'ONUSIDA, Me Patrick Pindu-di-Lusanga tient à avoir une société congolaise sans le VIH/SIDA en milieu des personnes vivant avec handicap d'ici 2030. Car, souligne-t-il, la question du VIH/Sida n'est pas du tout expliquée dans le milieu des personnes vivant avec handicap. C'est ce qui ressort d'une enquête menée par l'ONUSIDA. D'ailleurs, sur 20 personnes en République démocratique du Congo, au moins 1 ou 2 personnes vivant avec handicap ont une bonne information sur le VIH/Sida et connaissent leur état sérologique.

Soucieux de sauver la vie de ses compatriotes, Patrick Pindu-di-Lusanga a été accompagné des pères éducateurs des personnes handicapées pour les sensibiliser sur la prévention du VIH/SIDA. Et, aussi les encourager à faire le dépistage volontaire.

Processus électoral en RDC

A cette occasion, Me Patrick Pindu-di-Lusanga a saisi l'occasion pour exhorter les personnes vivant avec handicap (PVH) à s'enrôler massivement afin d'élire, au moment opportun, les candidats de leur choix. Et, pourquoi pas, s'interroge-t-il, postuler pour briguer un mandat électif. Car, martèle-t-il, c'est un devoir civique qui concerne tout le monde. Les élections concernent tous les congolais sans distinction. Et l'objectif poursuivi est d'avoir des personnes vivant avec handicap qui seront représentées à des instances de prise des décisions pour pouvoir lever la voix et défendre les droits de leurs semblables.

Congo-Kinshasa

RDC au Conseil des Droits de l'homme de l'ONU - La LUCHA et l'ASADHO contestent !

Au moment où le régime de Kinshasa parle d'une victoire diplomatique, les mouvements citoyens ainsi que… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.