16 Juin 2017

Sénégal: Attribution des marchés publics - Les entreprises du génie conseil pour une politique de préférence nationale

Les cabinets d'ingénieurs conseils du Sénégal revendiquent une meilleure considération de la part de l'Etat. Ainsi, selon Mamadou Daffé, président de l'association des ingénieurs conseils du Sénégal, l'Etat doit mettre en place une politique de préférence nationale en attribuant davantage les marchés publics aux entreprises nationales du génie conseil. Il s'exprimait hier, jeudi 15 juin lors d'un forum organisé par le cabinet Idev-Ic.

Les entreprises du génie conseil demandent à l'Etat de mettre en place une politique de préférence nationale concernant l'attribution des marchés publics comme cela se fait partout dans le monde. Selon Mamadou Daffé, président de l'association des ingénieurs conseils du Sénégal, il s'agit, en effet, de veiller à la sauvegarde des intérêts des ingénieurs conseils dans la commande publique, même si cela ne doit pas se traduire par la fermeture du marché aux cabinets internationaux.

«Les cabinets revendiquent une meilleure considération de l'autorité en demandant à ce que celle-ci prenne des mesures de promotion d'un partenariat effectif avec la profession qui pourra être sollicitée au travers de sa corporation comme conseiller technique et opérateur économique. Ces mesures de promotion devraient s'étendre au renforcement des capacités de la profession par la facilitation de certains investissements, l'allégement de la fiscalité, des mécanismes appropriés d'appui à la prise en charge des formations des jeunes ingénieurs, les cautionnements de marchés», a plaidé le directeur général de Idev-Ic, lors d'un forum organisé hier, jeudi 15 juin.

Pour lui, il s'agit aussi d'appuyer la profession dans l'accès aux marchés extérieurs par la participation de délégation de la profession aux missions économiques des autorités à l'étranger ainsi qu'il se pratique dans les différentes régions du monde moderne.Dans la pratique, M. Daffé reconnait cependant, que la perception des cabinets est généralement pessimiste. En faisant référence à la formulation de la mise en œuvre du PSE, il déplore le fait que le gouvernement n'a pas associé la plupart des cabinets.

A cet égard, poursuit-il et considérant que le développement requiert forcément la participation pleine et entière de l'expertise nationale, ils sont même dubitatifs quant au succès du projet d'émergence dont la mise en œuvre est assurée principalement par l'expertise importée.

Par ailleurs, Mamadou Daffé informe que la profession en 2014 et 2015 a réalisé un chiffre d'affaires estimé de prés de 20 milliards de francs Cfa et prés de 300 agents auxquels, il faut ajouter environ 200 agents temporaires liés aux projets en cours ont été employés.

Sénégal

Weebi, une application innovante au service des commerçants

Les outils numériques peuvent rendre de nombreux services, y compris là où on les attend le moins.… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.